Le confinement et la romance : une histoire d’amour  ?

Gariépy Raphaël - 21.08.2020

Edition - Société - Edition confinement NPD - Etats-Unis ebook - ouvrage romance croissance


Aux États-Unis, le marché éditorial bouleversé par la pandémie réserve quelques surprises. Un récent rapport du groupe NPD books met en lumière le succès fulgurant du genre de la romance durant le confinement. 
 


La dernière publication de l’Institut statistique nord-américains NPD books met en lumière la croissance-éclair des ventes de romances durant le confinement. La catégorie a affiché une hausse des ventes tout au long de la période, et si les ventes de livres imprimés ne s'emballent que modérément, les ventes d'ebook ont elles augmenté de 17,4 % de janvier à mai 2020.
Un succès d’autant plus surprenant que le genre de la romance perdait du terrain depuis presque une décennie. Comme le rappelle Kristen McLean, analyste chez NPD, ce genre a progressivement échappé aux éditeurs traditionnels, pour devenir le type d’ouvrages privilégiés par l’autopublication. La romance en numérique profite d'un prix bas et connait un succès constant et croisant auprès d'un public de lecteurs fidèles. Les ventes avaient d'ailleurs diminué de 11 % en janvier 2020 par rapport à l’année précédente, avant de commencer à remonter en mars. 
 
 

« Avec la fermeture des librairies aux États-Unis au printemps dernier, les ventes de livres électroniques, qui ont toujours été plus importantes pour la romance que dans les autres catégories, ont vraiment décollé », explqiue McLean. « Les livres imprimés ont également légèrement augmenté, car les lecteurs nouvellement confinés à la maison recherchaient des lectures amusantes et immersives en attendant la fin de la pandémie. » 

Au total, 16,2 millions de livres électroniques et de livres imprimés sur la romance ont été vendus pendant cette période aux États-Unis. Or, un phénomène identique a été observé en Italie – les mêmes causes provoquant les mêmes effets.

Les titres qui ont eu le plus de succès outre-Atlantique devaient être publiés au mois de janvier ou de février. Comme le souligne Publishing Perspectives, les campagnes de promotions préconfinement ont certainement joué un rôle dans le choix des lecteurs. 


Crédit photo : Maria Godfrida CC 0


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.