medias

Le Consentement : un récit littéraire “n'est ni un procès-verbal, ni un article de presse”

Antoine Oury - 23.10.2020

Edition - Les maisons - Le Consentement - consentement roman - recit litteraire


Des questions de nomenclature se sont invitées dans les débats littéraires : on se demandait ainsi si Yoga, d'Emmanuel Carrère, relevait du roman ou de l'autobiographie, avant que Le Consentement, de Vanessa Springora, ne soit présenté dans la catégorie « Roman francophone » par son éditeur Grasset. Pour son autrice, Le Consentement fait partie « des récits à caractère autobiographique qui empruntent une forme littéraire », une forme que la nomenclature ne saurait recouvrir...



En classant le livre de Vanessa Springora, Le Consentement, dans la catégorie « Premier roman » de ses prix littéraires, la revue Les Inrocks a soulevé une question qui préoccupe visiblement les jurys et l'éditeur même, Grasset, depuis la parution du livre. Faut-il classer cette œuvre dans les documents, option autobiographie, ou le roman ?

Dans le catalogue de l'éditeur, on trouve en effet Le Consentement sous la thématique « Romans francophones ». Or, le livre aborde la relation toxique subie par Vanessa Springora, alors adolescente, avec l'écrivain Gabriel Matzneff, dont les œuvres sont publiées par Gallimard. Paru en début d'année 2020, l'ouvrage avait provoqué une nouvelle vague #MeToo, contre les violences faites aux femmes, dans le secteur de l'édition.

« Le Consentement, tout comme par exemple les derniers livres de Laure Adler ou de Marceline Loridan-Ivens, parus également sous la couverture jaune des éditions Grasset, sont des récits à caractère autobiographique qui empruntent une forme littéraire, ce qui les distingue d'un simple témoignage ou d'un essai », rappelle Vanessa Springora, contactée par email.

Elle nous confirme par ailleurs « que la part de fiction est totalement absente de mon livre, à la nuance près qu'un récit littéraire à caractère autobiographique n'est ni un procès-verbal, ni un article de presse. Il tamise nécessairement les faits par le prisme de la subjectivité. Et se déroule selon une logique qui relève de l'œuvre et des choix formels de l'auteur. C'est aussi l'un des sujets du Consentement, je vous le rappelle ».
 

Classement et nomenclature


L'exercice de la catégorisation est un principe fondamentalement réducteur, qui se confronte à la liberté de création : « Toute production artistique se voit à un moment donné récalcitrante à l'enfermement, et c'est bien là le gage de la liberté créatrice », résume Vanessa Springora.

Néanmoins, cette catégorisation s'avère nécessaire pour le fonctionnement des prix littéraires, d'une part, mais aussi l'aspect technique de l'édition et de la vente de livres. « [I]l se trouve que cette catégorie de “récit littéraire” n'existe tout simplement ni en librairie, ni dans nos logiciels professionnels de métadonnées, ni dans les listes des meilleures ventes. Celle d'autofiction non plus, d'ailleurs », rappelle l'autrice, également éditrice de profession, actuellement à la tête des éditions Julliard.
 
Ce manque expliquerait la présentation du livre de Vanessa Springora sous le thème « Romans francophones », dans le catalogue des éditions Grasset, concomitant à l'appellation « Littérature française ».
 


Pour les auteurs eux-mêmes, ces problèmes de catégorisation existent, et seraient même à l'origine de discriminations, pour certains d'entre eux, comme nous l'avions évoqué dans le cas des notices d'autorité de la Bibliothèque nationale de France...


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.