Le coronavirus fait fermer le premier entrepôt d'Amazon

Clément Solym - 27.03.2020

Edition - Economie - Amazon cornavirus livreurs - covid19 entrepôt Amazon - fermeture sécurité ventes`


« Nos vies valent plus que leurs profits ! » Ce slogan d’Olivier Besancenot n’a manifestement pas encore atteint les entrepôts d’Amazon. Les témoignages de salariés attestant d’une insécurité sanitaire réelle en France se multiplient. Outre-Atlantique, ceux qui nous parviennent n’inquièteraient pas moins quant aux méthodes de l’entreprise.


 

Malgré le discours rassurant, constamment rassurant, la firme n’est pas exempte d’une exposition au coronavirus. Et ce qui devait arriver arriva : le premier entrepôt d’Amazon a été fermé après que trois salariés ont été testés positifs au Covid-19. Le centre logistique de Shepherdsville dans le Kentucky avait démarré une vaste opération de nettoyage, qui se prolongera de 48 heures, indique la firme. 

Certains employés, après avoir découvert le test positif de leurs collègues, ont exprimé de vives réticences à retourner sur leur lieu de travail. D’autant, estiment-ils que les produits expédiés depuis l’entrepôt — basket, vêtements et montres — ne sont pas essentiels durant la pandémie. « Je peux comprendre qu’ils maintiennent le flux pour des fournitures médicales et de la nourriture, mais ce n’est pas le cas ici. Quelqu’un en quarantaine aurait-il vraiment besoin de nouvelles chaussures à porter chez lui », interroge un employé ?
 
À ce jour, une dizaine de travailleurs qu’emploie Amazon a été testée positivement au coronavirus, sur plus de 800.000. Et comme en France, une pétition a été dégainée, signée par plus de 1500 personnes, pour demander à la firme de mieux protéger ses salariés. 

Le cas de Shepherdsville reste inédit : c’est la première fois qu’un espace de stockage ferme indéfiniment — Amazon s’est tout de même engagé à payer ses salariés, en attendant d’en savoir plus. Il a même été pointé que les salaires seraient augmentés durant le mois d’avril, avec le recrutement de 100.000 personnes supplémentaires pour répondre à la demande. 
 

Lingettes désinfectantes rationnées


Pour autant, les entrepôts n’ont pas le monopole de l’angoisse : deux douzaines de chauffeurs livreurs de Californie ont eu le plaisir de découvrir une pochette de linges nettoyants pour leur véhicule. Spécialement fournis par leur employeur. Problème : le responsable leur a indiqué qu’ils ne pouvaient prendre qu’une seule lingette pour leur tournée. 

On croit à une mauvaise plaisanterie : au cours de leurs livraisons, tant le véhicule que les cartons, déjà manipulés, préoccupent. « Je me sentais tellement jetable », indique l’un d’eux. Si tous n’étaient pas fondamentalement inquiets, l’un d’eux précise qu’il livre de l’alcool. Et doit se tenir près des clients, pour consulter leur pièce d’identité. 
 
Rappelons que dans le principal centre logistique d’Amazon en Italie, où deux employés ont été diagnostiqués positifs, l’absentéisme a atteint 30 % au cours des dernières semaines. 

« La santé et la sécurité de nos employés et sous-traitants dans le monde entier restent notre priorité absolue », a-t-on pu lire dans un email émanant de la communication d’Amazon. « Nous avons mis en place une série de mesures de santé préventive pour les salariés, les partenaires livreurs et transporteurs, sur nos sites à travers le monde. » Tout en garantissant le service fourni, du fait de l'augmentation considérable d'activité.

Pour le seul territoire français, et strictement sur la vente de livres, ActuaLitté a pu mesurer l’ampleur de ce que la vente en ligne devenait. Les libraires en ligne voient leurs commandes exploser, considérant que s’ils connaissent une hausse d’activité, Amazon France doit constater la même, dans une plus forte mesure encore. 

La semaine passée, Les Echos faisaient état de la hausse considérable du e-commerce en phase de confinement. 

La situation constatée en Californie ne serait cependant pas la norme — fort heureusement. Mais les questions de sécurité, alors plus de 83.000 cas ont été détectés aux États-Unis (sur 328 millions d’habitants), demeurent le sujet majeur. D’autant qu’ailleurs sur le territoire, des livreurs indiquent ne pas même avoir de lingettes désinfectantes à disposition — et seulement une dizaine de paires de gants de protection quotidiennement allouée… pour une trentaine de conducteurs. 


via Bloomberg, LA Times


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.