Le débat autour du prix unique du livre se poursuit au Québec

Clément Solym - 04.12.2012

Edition - Economie - québec - prix - unique


Depuis son arrivée au pouvoir au Québec, Pauline Marois a notamment lancé une commission parlementaire pour évaluer la pertinence d'une loi sur le prix unique du livre. Preuve que ce sujet fait encore débat outre-Atlantique. Ainsi, pour le journaliste et éditorialiste Alain Dubuc, c'est l'exemple même des « mauvaises idées » qui « ressemblent à des mauvaises herbes » car « elles repoussent quand on croyait s'en être débarrassé », précise-t-il chez nos confrères de La Presse.

 

 

Connu pour ses positions plutôt libérales, Alain Dubuc, lui-même auteur de plusieurs ouvrages, se demande bien pourquoi on ferait payer au lecteur le coût du maintien en activité du réseau de librairies tel qu'il existe aujourd'hui. A ses yeux, le prix unique, en empêchant toute ristourne, contribue à une hausse du coût pour le lecteur.

 

Et, dans un pays où le nombre de lecteurs est déjà assez faible, cette loi pourrait contribuer à effriter encore les ventes de livres. Ainsi, selon les chiffres avancés par M. Dubuc, « 55 % des Canadiens sont des lecteurs réguliers de livres et 48 % lisent des ouvrages littéraires. Au Québec, ces proportions tombent à 46 % et à 37 % ».

 

Voir Hachette ou Gallimard en tête des prometteurs d'une telle loi le laisse aussi sceptique quant à sa pertinence pour le maintien des petites librairies indépendantes…

 

 

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.