Le dédicataire des Sonnets de Shakespeare aurait été identifié

Antoine Oury - 03.02.2015

Edition - International - William Shakespeare - Mr WH Sonnets dédicataire - Geoffrey Caveney chercheur


L'identité de William Shakespeare elle-même fait l'objet de nombreuses hypothèses et controverses, mais son œuvre n'est pas en reste. Ainsi, le dédicataire des Sonnets, recueil de poèmes publié au début du XVIIe siècle, résistait aux spécialistes du Barde. Le mystérieux « Mr WH » aurait été démasqué par un chercheur américain.

 


Life-is-like-a-box-of-Sonnets---BIG-WILLY

(Barry Burris, CC BY-SA 2.0)

 

 

Différentes hypothèses se sont succédé pour essayer d'identifier le mystérieux dédicataire du recueil : la plus communément admise suggérait qu'il s'agissait là d'un mécène de l'époque, ou encore d'une simple faute de frappe sur WSH, soit « William Shakespeare », tout bonnement. L'éditeur des Sonnets, Thomas Thorpe décrivait le fameux WH comme « le seul qui engendra » les poèmes, ce qui venait soutenir cette dernière supposition.

 

Geoffrey Caveney, chercheur américain, a publié ses résultats dans le journal académique Notes & Queries des Presses universitaires d'Oxford. Il affirme que les initiales de la dédicace font référence à William Holmes, un collègue de l'éditeur Thomas Thorpe : « Collègue et ami de Holmes, Thorpe pourrait avoir découvert le manuscrit dans les effets de Holmes à la mort de celui-ci », explique Geoffrey Caveney.

 

La dédicace est en effet rédigée par l'éditeur, qui aurait ainsi rendu un hommage à son ami. Il était impossible qu'il s'agisse d'un aristocrate, s'accordaient les spécialistes, en raison du « Mr », insultant pour cette classe. William Holmes est décédé en 1607, deux ans avant la publication des Sonnets, ce qui accrédite la thèse. Holmes avait auparavant été écarté en raison d'un homonyme lui aussi éditeur.

 

Quant à la façon dont Holmes se serait procuré le manuscrit, Caveney suggère que l'entremise de son frère, antiquaire au service de la cour royale, lui aurait permis de mettre la main sur les Sonnets en circulation.

 

Le professeur Stanley Wells, parmi les spécialistes chevronnés de Shakespeare au Royaume-Uni, assure que la thèse de l'Américain est « l'une des plus solides » de ces dernières années.

 

Pour rester dans la poésie de Shakespeare, une vidéo TED-Ed publiée récemment revient sur l'attachement du Barde au pentamètre iambique, en l'expliquant.