Le dessinateur Marsault condamné pour harcèlement et injure publique

Antoine Oury - 30.01.2019

Edition - Justice - Marsault BD - Marsault condamnation - Marsault harcelement


Par un jugement rendu par le tribunal de Créteil le 18 janvier dernier, le dessinateur Marsault a été condamné à une amende de 10.000 € dont 5000 € avec sursis, ainsi qu'à 2000 € d'indemnités en guise de dommages et intérêts pour la victime. Trois chefs d'accusation ont été retenus, le harcèlement, l'injure publique et l'usurpation d'identité.




Le tribunal de Créteil a jugé le dessinateur Marsault coupable de harcèlement, d'injure publique et d'usurpation d'identité, retenant ainsi 3 des 7 délits qui avaient valu à l'auteur de BREUM un renvoi en correctionnelle. Deux coprévenus, amateurs des bandes dessinées de Marsault et auteurs de messages sur Facebook, ont été condamnés solidairement avec celui-ci.

Par cette décision, Marsault a été condamné à verser 10.000 € d'amende, dont 5000 € avec sursis, ainsi que 2000 € de dommages et intérêts pour la victime, Mégane Kamel. En vertu de la condamnation solidaire, les deux coprévenus pourront se voir réclamer 500 € chacun, sur les 2000 € d'indemnités.

Le dessinateur avait été accusé de provocation au suicide, menaces, injure publique, provocation à la haine, usurpation d'identité, harcèlement et injure non publique, et a donc été relaxé de 4 d'entre eux. 80.000 € de dommages et intérêts avaient été demandés par la victime, qui faisait état de préjudices matériels et moraux importants, ainsi que de plus d'un millier de messages reçus sur Facebook.

« Ce que j'avais établi, c'est qu'elle ne pouvait pas avoir reçu autant de messages », explique Alexandre Blondieau, avocat de Marsault. « La victime a expliqué avoir reçu plus de 1200 messages d'insultes sur Facebook, mais je m'étonnais qu'elle ait pu prendre connaissance d'autant de messages. Finalement, la plainte ne cite que 39 messages, pour lesquels des preuves ont été apportées. C'est beaucoup, bien sûr, mais j'ai pu plaider ce point sans être contredit », explique-t-il.
 

Marsault ne fera pas appel


La victime n'aura obtenu aucun dédommagement suite au préjudice matériel qu'elle pointait, notamment la perte de son emploi, la Cour n'ayant pas retenu les arguments exposés. Pour rappel, la procureure avait requis une peine de 10 mois de prison avec sursis à l’encontre de Marsault et de 4 mois de prison avec sursis pour les deux coprévenus.

Le dessinateur Marsault ne fera pas appel de la décision, a indiqué son avocat, Alexandre Blondieau. « Il a été établi que le dessinateur Marsault est responsable d'un appel au harcèlement de ma cliente, la justice s'est prononcée », note Valence Borgia, avocate de la victime. « Compte tenu de la violence des faits et de l'impact sur la vie de ma cliente, je trouve toutefois la somme en deçà de ce qui aurait pu être attendu », ajoute-t-elle.

Les faits remontent à l'été 2016 lorsque, après une suppression de sa page par le réseau social Facebook suite à des signalements, Marsault avait mis en avant le profil de Mégane Kamel, qui se réjouissait de cette suppression, auprès de ses abonnés. « La question est donc la suivante : quand on affiche une connasse hystérique qui se vante de signaler et d'anéantir une communauté de 220.000 personnes, on est misogyne ? Bien joué Mégane Kamel, félicitations pour ton acharnement, et bonne soirée (tu vas peut-être recevoir 3-4 messages, hein) », avait-il écrit dans son post.
Contactée, la maison d'édition Ring n'a pas souhaité commenter la décision judiciaire, et n'était pas associée à la procédure. En septembre 2018, la maison avait rappelé qu'elle n'était pas responsable des propos de Marsault publiés sur sa page Facebook, après une nouvelle polémique.

Comme l'indique le site antiraciste et antifasciste Lignes de Crètes, qui a révélé la condamnation, une autre audience avait lieu le 18 janvier, qui portait sur la plainte de Marsault, cette fois, contre l'auteur Yan Lindingre pour diffamation et injure publique après des propos postés sur son profil Facebook. Si la diffamation n'a pas été retenue par la procureure, la décision est attendue le  29 mars prochain pour l'accusation d'injure publique.


Commentaires
J'avais vu ça sur sa page FB, c'est dramatique... https://www.facebook.com/OfficielMarsault/
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.