Le dessinateur Mix & Remix, Philippe Becquelin, est mort

Antoine Oury - 20.12.2016

Edition - International - Mix & Remix - Mix & Remix dessin - Philippe Becquelin dessin presse


Le dessinateur de presse suisse Philippe Becquelin, connu sous le pseudonyme Mix & Remix, est décédé ce lundi 19 décembre, a annoncé sa famille sur sa page Facebook. Frédéric Pajak, dessinateur et éditeur français et suisse, voyait en lui « le seul dessinateur romand à avoir un langage ».​

 

Le dessin publié sur la page Facebook de Mix & Remix pour accompagner l'annonce de son décès

 

 

« C'est avec une immense tristesse que nous vous faisons part du décès de Mix & Remix dont la lutte déterminée contre un cancer du pancréas a pris fin hier soir en début de soirée » a indiqué la famille du dessinateur sur sa page Facebook. Le dessinateur avait 58 ans.

 


 

Né le 6 avril 1958 à Saint-Maurice, en Suisse, Philippe Becquelin commence à dessiner très tôt, mis au contact de la bande dessinée par la passion de son père pour le 9e Art. Diplômé de peinture à l'École cantonale d'art de Lausanne en 1984, il s'oriente vers ce mode d'expression avec son épouse, raison pour laquelle ils adoptent tous deux le pseudonyme de Mix & Remix, qu'il conservera lorsqu'il se consacrera au dessin.

 

Sa carrière change en effet d'orientation avec l'ouverture du club de Lausanne La Dolce Vita, pour lequel il dessinera affiches de concert et flyers. Remarqué par cette production, il publie de 1992 à 1998 dans L'Hebdo, magazine suisse romand, des strips qui formeront Histoires mécaniques. Si sa collaboration avec L'Hebdo se poursuit, il publie également dans Siné Hebdo, puis dans Le Matin Dimanche, à partir de 2013. Ses dessins apparaissaient également régulièrement dans Le Courrier international, Lire, L'Express ou l'Internazionale en Italie.

 

C'est au milieu des années 1990 que Mix & Remix adopte ce graphisme satirique pour lequel il est connu aujourd'hui, avec des humains râleurs et pessimistes aux gros nez : « Quand j’ai commencé à faire du dessin satirique, il fallait que ce soit des êtres humains. J’ai juste mis une tête humaine avec un nez sur ces corps de robots, sur ces pattes. C’est vraiment des gadgets, pas de la vraie caricature », expliquait-il.

 

En France, ses dessins furent publiés en album par Glénat et par Buchet/Chastel, dans la collection « Les cahiers dessinés ». En Suisse, c'est le groupe de presse Ringier qui publiait principalement ses recueils.

 

 


via Wikipédia, Le Temps