Le devenir des bibliothèques et musées au Royaume-Uni : il faut agir vite

Cécile Mazin - 21.09.2016

Edition - Bibliothèques - bibliothèques Royaume-Uni - Karen Bradley culture - lettre ouverte Alan Gibbons


La nomination de Matthew Hancock au poste de ministre de la Culture britannique s’est accompagnée de froncements de sourcils. Impossible de faire pire que son prédecesseur, Edward Vaizey, baptisé le fossoyeur des bibliothèques ? Pas certain...

 

Supreme Court of the United Kingdom - Library - 1

Collin, CC BY SA 2.0

 

 

Pourtant, à l’annonce du remaniement, qui faisait suite au Brexit, Laura Swaffield, présidente de The Library Campaign, a annoncé qu’elle était « étonnée » par le départ d’Ed Vaizey.

 

Et d’enchaîner les nouveaux arrivants au pilori, pour les fustiger : « Ni Matt Hancock, ni la nouvelle secrétaire d’État Karen Bradley ne semblent avoir une quelconque expérience dans les questions de culture. Il est encourageant que Matthew ait déjà tweeté qu’il est “un grand partisan de nos bibliothèques”. Au moins, il a remarqué que cela fait partie de son travail. Les bibliothèques ne faisaient que très rarement partie des rapports hebdomadaires d’Ed. »

 

À moins que le gouvernement ne décide maintenant de se retrousser les manches sur la question du prêt public, les plans d’austérité ont fait beaucoup de mal, et leurs conséquences seront encore nombreuses. 

 

Auteur jeunesse particulièrement engagé dans la défense des bibliothèques, Alan Gibbons vient de signer une lettre ouverte adressée à Karen Bradley, pour tirer la sonnette d’alarme. « Bibliothèques publiques, musées et galeries sont des ressources sociales et culturelles au centre de nos communautés », rappelle-t-il.

 

« Ils offrent un accès à la lecture, l’alphabétisation, les technologies de l’information, l’histoire, l’art, les informations et le plaisir. Mais ils sont en crise. » Et de lister, dans un inventaire vilainement prévertien, tout ce que le pays a pu subir depuis 2010.

 

8000 salariés payés et formés de bibliothèques ont perdu leur poste

343 établissements de prêt ont fermé

Un musée régional sur cinq est actuellement fermé

Les horaires d’ouverture des bibliothèques et musées ont été rabotés

Les budgets, les programmes éducatifs, et les services mobiles, à domicile et spécialisés ont été réduits drastiquement

On assiste à une hausse de 93 % du recours aux bénévoles dans les bibliothèques

80 % des musées et galeries sont dans l’obligation urgente de gagner de l’argent

 

« Nous vous demandons en tant que secrétaire d’État à la Culture, aux Médias et au Sport, de reconnaître cette crise et d’établir une nouvelle ligne de conduite après des années de déclins », conclut Gibbons.

 

Royaume-Uni : les bibliothèques, variables d'ajustement des budgets 

 

Sa lettre a d’ores et déjà été signée par des figures comme Michael Rosen, les organisations The Library Campaign et Campaign for the Book, et près de 300 personnes.

 

Une étude sur les établissements de prêt britannique, présentée en mai dernier, indiquait qu’entre 2005 et 2016, le taux de fréquentation aurait chuté de 14,3 %. D’octobre 2014 à septembre 2015, l’étude précise que 33,9 % de la tranche adulte se serait rendu en bibliothèque publique, contre 48,2 % en 2005/2006.