Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Le disque dur de Terry Pratchett détruit au rouleau compresseur... à vapeur

Cécile Mazin - 30.08.2017

Edition - International - oeuvre posthume pratchett - disque dur rouleau compresseur - destruction textes archives


Décédé en mars 2015, Sir Terry Pratchett laissait la fantasy orpheline et des millions de lecteurs inconsolables. Mais dans le même temps, un disque dur, rempli de textes inachevés lui avait succédé. Mais Terry ne souhaitait pas qu’on donne au public une matière incomplète, et tout devait disparaître. AINSI SOIT-IL, SIR TERRY.


Terry Pratchett, Powell's
Robin Zebrowski, CC BY 2.0
 

 

La semaine passée, expliquait Neil Gaiman, proche de l’écrivain et collaborateur régulier, c’est par le truchement d’un rouleau-compresseur que la question de ces inachevés a été réglée. « Peu importe ce sur quoi il ait pu travailler au moment de sa mort, cela a été prélevé de son ordinateur pour être placé sur la route d’un rouleau compresseur, qui a tout écrasé. »

 

Et preuve à l’appui, on a pu voir sur Twitter fleurir les preuves indéniables – insupportables ! – de ce massacre de puces en bonne et due forme.

 

 

 

Que l’on se rassure, si Pratchett a gardé un sens de l’humour évident toute sa vie, le disque dur ne manquera pas de poursuivre l’œuvre de l’auteur. Il sera en effet exposé comme relique sacrée à l’occasion d’une exposition qui doit se tenir début septembre au musée de Salisbury (du 16/09 au 13 janvier 2018)

 

 

 

Le symbolisme de cette cérémonie plutôt hilarante n’a pas échappé aux fans, d’autant plus que le rouleau compresseur fonctionnait à vapeur, un modèle de la révolution industrielle. Fameux clin d’œil. Suivant ses dernières volontés, tout ce qu’il avait dans son ordinateur devait être détruit, suivant cette méthode pour le moins étonnante.

 

Terry Pratchett, un univers entre Kant, Platon et Kierkergaard

 

Ces disques durs appartiennent désormais à la légende même de Pratchett, avant d’être dans le mythe posthume de l’humour unique qu’il a su déployer. À la mort du romancier, une pétition avait été lancée, pour demander à la Mort de rendre Pratchett à l’humanité. « Il y a une chance sur million, mais ça peut fonctionner », écrivait un signataire.

NE COMPTEZ PAS TROP DESSUS...

 

via The Times