medias

Le dissident chinois Liao Yiwu débarrassé de l'emprise chinoise

Clément Solym - 27.10.2011

Edition - International - Liao Yiwu - Chine - Australie


Liao Yiwu avait été privé du Sydney Writers' Festival en mai dernier, alors que la Chine ne lui avait refusé de sortir du territoire. Poète, dissident, évidemment, il avait été alors symbolisé par une chaise vide, sur décision des organisateurs. (voir notre actualitté)


Mais le mois prochain, la chaise sera occupée, alors que son éditeur australien, Text, le fait venir à Sydney pour une nouvelle rencontre.

 

L'histoire de Liao Yiwu n'est pas surprenant : emprisonné durant quatre années en 90, ostracisé par le gouvernement chinois pour un poème racontant le massacre de la place Tien Anmen, il n'est évidemment pas en odeur de sainteté dans le pays.

 

Et à 17 reprises, les autorités chinoises lui ont refusé de pouvoir quitter le territoire, allant jusqu'à le faire sortir de l'avion qui devait le mener à un festival littéraire en Allemagne. « La chose la plus importante pour moi est la liberté de publier, la liberté d'écrire » déclarait-il, peu après son arrivée dans le pays.

 

Depuis juillet, il est parvenu à quitter la Chine, en transitant par le Vietnam et la Pologne, pour s'installer justement outre-Rhin, où il réside, en exilé, à Berlin.

 

C'est grâce à cette émigration quasi clandestine qu'il a pourra se rendre en Australie, explique le directeur artistique du festival, Chip Rolley.