Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le droit d'auteur à la veille de la présidentielle : rester intransigeant

Cécile Mazin - 20.04.2017

Edition - Reportages - droit auteur candidats - présidentielle rémunération créateurs - candidats présidentielle


Quelques jours encore avant que les Français ne passent aux urnes pour le premier tour de l’élection, la Société civile des auteurs multimédia interpelle les candidats. La Scam se déclare « intransigeante avec les droits des auteurs ».


Les fils de Caïn de Paul Landowski (Paris)
Jean-Pierre Dalbéra, CC BY 2.0
 

La culture n’a pas eu la place qu’elle aurait dû occuper dans une campagne électorale, néanmoins, plusieurs candidats se sont exprimés publiquement sur son importance. 
 

La plupart d’entre eux soutiennent l’exception culturelle et s’engagent à la défendre. La Scam se réjouit de cet engagement crucial pour l’avenir de la création française et européenne, (particulièrement) à l’ère du numérique.

François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon se sont engagés à sanctuariser le montant du budget culturel, voire à l’augmenter.

L’audiovisuel public fait aussi l’objet d’une attention particulière dans leurs programmes. C’est un des points essentiels mis en avant par la Scam dans son document « 10 enjeux, 20 défis pour une riposte culturelle » ; La Scam y défend une réforme ambitieuse de la contribution à l’audiovisuel public et une réforme de sa gouvernance pour stabiliser son fonctionnement.
 

Le programme des candidats à la présidentielle pour le livre et la lecture
 

En revanche, la Scam s’inquiète des propositions qui menacent le droit d’auteur. Particulièrement celles qui visent à instaurer un système de licence globale, ou à supprimer l’Hadopi et sa mission de lutte contre le piratage, comme le proposent Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen.
 

La Scam milite pour la défense d’un droit hérité de la Révolution française dont le principe est reconnu par les traités internationaux. Le droit d’auteur est le droit du travail de l’auteur, un droit à protection et un droit à juste rémunération sur les fruits de son travail qui ne doivent pas revenir aux seuls exploitants et prestataires techniques.

 

Vincent Montagne (SNE) : “On ne parle pas assez de culture dans cette campagne”

 

En cette fin de campagne, la Scam renouvelle son appel à défendre la diversité culturelle, à protéger le droit d’auteur et à promouvoir le partage de la valeur dans le numérique. Elle invitera le président élu à entendre les revendications des créateurs et à respecter leurs droits.