Le FBI accuse neuf Iraniens de "piratage informatique sponsorisé par l'État"

Laure Besnier - 30.03.2018

Edition - Société - FBI Etats-Unis Sanctions - Téhéran Iran Hacking - Hacker Pirates Informatiques Universités


Aux États-Unis, le FBI signale l'inculpation de neuf hackers iraniens pour le vol massif de données académiques et de propriété intellectuelle. 30 téraoctets d’informations, pour le compte du gouvernement iranien, selon le Bureau, et sous l’égide de l’Institut Mabna, une organisation dont le but serait d’obtenir des ressources scientifiques non iraniennes, de manière illégale.  

 

IMG_0376

Mark Ordonez, CC BY-SA 2.0

 


Les hackers « ont compromis environ 144 universités américaines et 176 universités étrangères dans 21 pays » explique David Bowdich, directeur adjoint du FBI lors d'une conférence de presse au ministère de la Justice à Washington.

 

Selon le Bureau, les pirates informatiques ont volé plus de 30 téraoctets de données académiques et de propriété intellectuelle – soit environ trois fois plus que la quantité de données contenues dans la collection imprimée de la Bibliothèque du Congrès.

 

Les individus seraient liés à l’Institut Mabna, dont l’objectif – défini par le FBI – serait « d’accéder illégalement à des ressources scientifiques non iraniennes à travers des intrusions informatiques. » 

 

L’objectif principal était d'obtenir des noms d'utilisateurs et des mots de passe de comptes des professeurs afin d’obtenir un accès et voler des données. Ainsi des accès aux bases de données de la bibliothèque, aux livres blancs, aux revues, à la recherche et aux livres électroniques. Ces informations auraient été transmises, toujours selon le FBI, au gouvernement iranien. 

 

L'Institut Mabna a ciblé plus de 100 000 comptes de professeurs à travers le monde et a réussi à compromettre environ 8 000 de ces comptes. Les universités américaines auraient dépensé environ 3,4 milliards de dollars pour acquérir et accéder à des données auxquelles les Iraniens ont eu accès gratuitement en les piratant. 
 

Une stratégie bien ficelée

 

Les hackers avaient mis en place une stratégie bien rodée. Selon le Bureau, ils ont effectué une reconnaissance en ligne des professeurs afin de déterminer les intérêts de recherche des individus et les articles académiques qu'ils avaient publiés. Ils ont ensuite envoyé des messages qui semblaient provenir de professeurs d'autres universités.

 

Les universitaires victimes des pirates informatiques croyaient avoir affaire à des collègues manifestant un intérêt particulier pour des articles universitaires. Les mails ont incité de nombreux professeurs à cliquer sur des liens qui enregistraient leurs frappes au clavier lorsqu'ils se sont connectés à ce qu'ils croyaient être des domaines universitaires sécurisés, alors qu'ils étaient en fait de faux sites, contrôlés par les pirates informatiques.

 

Les Iraniens ont ciblé des données dans tous les domaines de la recherche et des disciplines universitaires : science et technologie, ingénierie, sciences sociales, médicales et autres domaines professionnels.

 

En plus de cibler les universités, les pirates se seraient aussi attaqués à près de 50 entreprises privées du monde entier, dont la plupart sont des entreprises américaines. Parmi les victimes basées aux États-Unis figuraient des maisons d'édition universitaires, des sociétés de médias et de divertissement, des sociétés de technologie et des sociétés d'investissement. Au cours de la même période en 2016, les hackers ont également commencé à mener des intrusions contre diverses agences fédérales américaines et d'autres organisations telles que les Nations Unies.




Commentaires

Et on croit le FBI sur parole? Parole de bandit, c'est aussi le titre d'un livre que j'ai lu, prêté et perdu, et dont j'aimerais bien (re)connaître l'auteur.

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.