Le format numérique permettra la sauvegarde des oeuvres

Clément Solym - 01.02.2011

Edition - Société - livre - numerique - lecture


Nous publions depuis hier un feuilleton-réflexion, d'un auteur sur le rapport au texte, au format et plus globalement à l'écriture. Précédemment, quelques remarques liminaires sur l'oeuvre numérique de cet auteur.

Chapitres précédents
Mais cette forme de publication n’est pas sans défaut. Le plus gênant, si on pense pour le long terme, reste le stockage. Qui me dit que le serveur dans lequel repose tranquillement le fichier de Real TV sera encore en marche dans 50 ans. Où sera l’application quand un lecteur changera de téléphone ? Voilà ce qui me fait peur.

Rien ne vaut le papier dans ce cas. Mais voyons aussi la chose positivement. Si la conservation numérique est bien gérée, ce sera peut-être plus facile de retrouver un roman. Un titre dans un moteur de recherche, trois clics et le livre est ajouté dans le lecteur numérique d’un lecteur de l’an 2059 !

Avec ces éléments, on peut continuer à réfléchir aux formes et aux moyens de diffusion que doit choisir le livre numérique pour être lu, et c’est peut-être un peu tôt pour en faire un bilan (je pense d’ailleurs ne pas avoir tout dit).

Ce dont je suis certain, c’est que si c’est une magnifique opportunité de pouvoir lier le texte avec des images et des sons ou des compléments d’information, l’important pour le lecteur reste l’histoire. C’est elle qui restera dans l’esprit des lecteurs et qui donnera envie, ou pas, de lire, quel que soit le support. L’auteur, lui, veut être lu. À l’heure actuelle des choses, il faut jouer sur la complémentarité des deux supports et baisser les prix des versions numériques.

Car dans tous les cas, celui qui aura le dernier mot reste le lecteur et je pense, d’ailleurs, que c’est peut-être à lui qu’il faudrait poser la fameuse question « quelle est votre vision de l’édition numérique ?

Sa réponse serait sans doute riche d’enseignements.



À suivre...
plus tard

Hieronymus Donnovan est né en 1980 dans une ville minière du Pas de Calais. Dés son enfance, il est passionné de lectures, de jeux vidéo et de cinéma bien plus que par l'école. Celle-ci passe au second plan : ses cours principaux, il préfèrera les suivre au cinéma, au vidéo-club et à la médiathèque. Très tôt, il se met à écrire, tout d'abord des scénarios dans la lignée des films hollywoodiens ou des séries américaines. Il est notamment le créateur de L'Agence des mystères, une série française digne héritière d'Aux frontières du réel et injustement boudée par les chaînes françaises !
www.hieronymusdonnovan.com