Le Goethe Institut ouvre ses portes à la nouvelle scène littéraire allemande

Claire Darfeuille - 26.02.2014

Edition - International - Goethe Institut - scène littéraire - Allemagne


Les auteurs qui font l'actualité en Allemagne ne sont bien souvent prophètes qu'en leur pays. Pour preuve, trois fois moins de livres sont traduits de l'allemand vers le français que l'inverse*. Le Goethe Institut lance une série d'initiatives pour favoriser la découverte des nouvelles voix de la littérature allemande. L'institution poursuit par ailleurs son action d'aide à la traduction.

 

 

 

 

«  Nous invitons des écrivains qui marquent actuellement la scène culturelle allemande et que nous aimerions faire découvrir ici, qu'ils aient déjà été traduits en français ou non », explique Ulla Wester, la nouvelle directrice de la bibliothèque du Goethe Institut à Paris.

 

Mirko Bonné, romancier, poète et journaliste, était le premier écrivain convié à ce nouveau rendez-vous. Un de ses cinq romans, Un ciel de glace, a été publié en France chez Rivages et son dernier livre, Nie mehr Nacht, qu'il venait présenter, lui a valu d'être nominé au Prix du Livre allemand 2013. Quelques extraits, traduits en français pour l'occasion, étaient lus par sa traductrice Juliette Aubert afin de donner aux auditeurs non germanophones un avant goût de ce récit qui se déroule en Normandie.

 

La prochaine invitée, encore inconnue dans l'hexagone, Monika Zeiner, spécialiste de la mélancolie amoureuse au moyen âge et chanteuse du groupe de zwing italo Marifon, a reçu le Debüt Preis au festival Lit. COLOGNE pour son premier livre Die Ordnung der Sterne über Como. Elle viendra le 17 avril accompagnée de son pianiste pour chanter et d'un traducteur pour lire quelques extraits de son livre en français et en allemand.

 

Les Passeurs de langue, écrire dans une langue étrangère

 

Autre nouveauté, les Passeurs de langue invitent deux auteurs, écrivant en français ou en allemand, mais dont la langue maternelle est autre, à réfléchir sur le choix de leur langue d'écriture. La russe Nellja Veremej, auteur de Berlin liegt im Osten et la mauricienne Nathacha Appanah, auteur de plusieurs livres dont Le dernier frère, inaugureront le cycle le 24 avril prochain à 19h au Goethe Institut parisien.

 

Auteurs fraîchement traduits

 

Outre ces nouveaux rendez-vous, le Goethe Institut poursuit ses invitations d'auteurs dans le cadre de la manifestation Fraîchement traduits qui salue régulièrement la parution en France d'un livre allemand. L'institut sera aussi présent au Salon du Livre, sur le stand du CNL, où il recevra le 21 mars l'auteur de BD Nicolas Mahler pour un débat sur La traduction des bandes dessinées et des romans graphiques.

 

Un soutien à la traduction

 

Sur le site du Goethe, il est possible de trouver la liste annuelle des traductions, et la rubrique Le choix des traducteurs permet de découvrir chaque mois la chronique en français d'un livre récemment paru en Allemagne. Par ailleurs, la bourse à la traduction est un fonds alloué aux éditeurs francophones intéressés par la traduction d'un livre allemand. Le Goethe a ainsi soutenu la traduction de la saga d'Eugen Ruge Quand la lumière décline publiée par Les Escales en 2012.

 

Ecrivains en exil des deux côtés du Rhin

 

Le site propose aussi de suivre un écrivain en exil de l'un ou de l'autre côté du Rhin à travers le cycle Ecritures vagabondes où des auteurs (Thomas Pletzinger, Olivier Rohe, Andreas Altmann, Wilfried N'Sondé, Mathieu Larnaudie…) présentent des lieux de l'autre pays qui inspirent leur écriture, carte interactive comprise. Peut-être la voie ouverte à quelques dérives psychogéographiques chères à Guy Debord…

 

 

* Source Börsenverein