Le Goncourt meilleur vendeur de livres des prix littéraires d'automne

Clément Solym - 10.12.2012

Edition - Economie - prix littéraire - Goncourt - vendre des livres


Comme chaque année, les prix littéraires ont servi à faire vendre des livres, et leur force de prescription aveugle place encore une fois le Goncourt sur la première marche du podium. Selon une enquête d'Ipsos MediaCT, publiée ce jour, les ventes sont une fois encore au rendez-vous pour les ouvrages primés...

 

 

Ventes moyennes des prix littéraires entre 2005 et 2011

 

 

L'institut GfK l'assurait déjà début novembre : comme chaque année, « la hausse des ventes sera immédiate, avec un pic lors des fêtes de fin d'année » et les trois dernières semaines de 2012, représenteront entre 25 et 35 % des ventes annuelles. Et forcément, les prix littéraires pèsent lourdement dans la balance, puisqu'« attendus par les consommateurs » et « décisifs pour la tonicité du marché du livre », garantissait l'Institut. 

 

Haro sur les librairies

 

Chez Ipsos, Carole Romano, directrice du secteur Livres pôle Culture explique qu'au-delà de la consécration, le prix peut apporter une multiplication des ventes par 2 voire 5. Et comme ces derniers sont remis six semaines avant Noël, dernier carat, la presse a encore le temps de se rattraper et les consommateurs de se ruer dessus. Cependant, Ipsos est moins optimiste que GfK, considérant que « les ventes du mois de décembre pèsent en littérature générale entre 15 et 20% des ventes annuelles ». 

 

Alors donc, le Goncourt reste le plus vendeur de tous, au point d'avoir connu son heure de gloire tout à la fois dans une chanson de Renaud, dont le beauf est un modèle de curiosité.

Pi bonjour la culture il est ´achment balaise

T´as qu´à voir ses lecture ça casse des barreaux d´chaises

V.S.D Paris-Match et puis Télé 7 jours

Pi bien sûr chaque année y s´offre le prix Goncourt

 

Autant que le Canard enchaîné a pu laisser des traces dans le prix, en évoquant l'hydre GalliGrasSeuil, triade inévitable et systématiquement récompensée, après des échanges et des tractations internes... 

 

Mais Ipsos montre que, quelles que soient les raisons, le Goncourt reste le plus vendeur de tous les prix, probablement pour son côté grand public. « La moyenne des ventes des différents ouvrages primés entre 2005-2011, s'élève en effet à 431 000 exemplaires (2). Un prix Goncourt peut représenter entre 10 % et 35 % des ventes de fin d'année d'un éditeur ! C'est dire la force de l'impact. » Évidemment, la notoriété de l'auteur compte pour beaucoup : Les Bieveillantes de Jonathan Littell n'ont pas eu le même succès que L'Art français de la guerre d'Alexis Jenni, illustre inconnu, pourtant consacré à l'occasion du centenaire de la maison Gallimard. 

 

La langue trop bien pendue

 

En quête d'une virginité, et pour faire taire la rumeur qui persiste à croire que les prix ne sont qu'une affaire d'arrangements entre maisons, certains jurys récompensent des auteurs inattendus. « Ainsi, le prix Renaudot a surpris cette année en couronnant la Rwandaise Scholastique Mukasonga pour son livre Notre-Dame du Nil (Gallimard), alors que l'écrivain ne faisait pas partie de la sélection finale », s'étonne Ipsos. Et d'autres encore, peuvent s'ajouter.

 

Mais l'année 2012, ce fut celle des fuites sur Twitter, où les maisons se sont laissées aller à répandre la bonne nouvelle, un peu trop hâtivement. Sachant que les éditeurs sont généralement avertis quelque 24 heures avant la remise officielle du prix, pour s'assurer de pouvoir apposer le bandeau qui convient sur les ouvrages, les heureux lauréats, cette année, ont probablement eu le tort de vouloir trop rapidement partager leur plaisir. Pour le prix de l'Académie française, le Fémina ou encore le Médicis, les maisons d'édition se sont lâchées, dévoilant plus vite que la musique que le lauréat était chez eux. 

 

Touche pas l'grisby !

 

Au cours de la rentrée littéraire, entre mi-août et mi-octobre, 24 millions € ont été générés avec la vente de plus de 1,3 million de livres. En papier.  Parce qu'il ne faut pas oublier que les prix ont avant tout vocation à faire entrer le public dans les librairies. Didier Decoin, secrétaire de l'Académie l'avait assuré à ActuaLitté

« Toutes les maisons ont leur place à l'Académie Goncourt, sauf une maison qui n'aurait pas la capacité d'assurer la diffusion nécessaire à l'obtention du prix. Après tout, c'est encore en librairie que l'on achète le plus de livres. Une maison qui ne pourrait pas assumer cette nécessaire diffusion ne serait pas retenue. » Mais dans l'hypothèse d'un éditeur pure-player, la question de la diffusion ne se pose pas ?

« C'est juste, cela ne serait pas problématique. Ce qui l'est en revanche, c'est que l'on passerait les librairies de France à la guillotine. Le prix Goncourt, c'est avant tout une célébrité que l'on retrouve chez son libraire. Et d'autre part, la question de la rémunération des auteurs sur les livres numériques pose encore de nombreuses questions. Régler ces deux aspects est essentiel avant que l'on ne puisse se réjouir du livre numérique. »

 

De quoi se rassurer sur le fait que d'autres prix existent, où le public a le choix et peut intervenir, comme celui du Livre Inter, probablement plus indépendant que d'autres. Mais pas vraiment de quoi rassurer sur les motivations qui animent les jurés des prix officiels...

 

Pas sûr toutefois que les best-sellers reposent principalement sur la librairie : on retrouve plus facilement ces livres qui tirent les meilleures ventes dans les grandes surfaces culturelles, voire les supermarchés... Là où la librairie indépendante a plutôt vocation à faire découvrir. La prescription, définitivement une affaire bien compliquée. 

 

Cette année, c'est Le sermon sur la chute de Rome, de Jérôme Ferrari qui a remporté le Prix.

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.