Le groupe Madrigall négocie la reprise de la librairie La Hune

Julien Helmlinger - 18.02.2015

Edition - Librairies - La Hune - Librairies Flammarion - Galerie


Le Quartier Latin risque de perdre l'un de ses hauts lieux culturels, la librairie La Hune qui pourrait fermer ses portes à la fin de l'année. Toutefois, selon un communiqué des librairies Flammarion, le groupe Madrigall, actuel propriétaire, est entré dans une phase de négociation exclusive avec une société d'édition, dans le but de céder la boutique afin que le repreneur y maintienne une activité de librairie-galerie et conserve le nom de l'enseigne.

 

 

Photo via Facebook

 

 

Comme le précise le communiqué, le dossier a été présenté vendredi dernier au comité d'entreprise des librairies Flammarion, tandis que le projet des repreneurs prévoirait de « développer un projet culturel unique en son genre ». La boutique, fondée en 1949 par le libraire et galeriste Bernard Gheerbrant, décédé en 2010, avait déménagé il y a quatre ans, passant du 170 boulevard Saint-Germain au 18 rue de l'Abbaye, en face de l'église Saint-Germain-des-Prés.

 

Alors que l'établissement semblait avoir échappé à la disparition, les salariés de la librairie ont appris que leur entreprise fermerait définitivement ses portes fin 2015. La nouvelle leur a été communiquée au cours d'un comité d'entreprise extraordinaire qui s'est tenu le 13 février dernier. Cette décision du groupe Madrigall pourrait notamment être imputée à la baisse du chiffre d'affaires, passé de 3,5 millions d'euros en 2009, à 2,3 millions en 2013, une perte de près de 35 %.

 

Depuis l'avènement des détaillants de produits culturels en ligne, comme le géant Amazon, nombre de librairies ont fermé. Rien qu'au cours de l'année 2014, on compte 80 lieux de vente ayant mis clé sous la porte. Chez La Hune, on s'était spécialisé sur les créneaux de la littérature, des sciences humaines et autres beaux-arts.