Le jeune romancier Marien Defalvard attaque Ségolène Royal

Clément Solym - 28.09.2011

Edition - Société - mariem - Defalvard - royal


Du haut de ses 19 printemps, Marien Defalvard ne se prend pas pour n'importe qui. Et, après avoir publié un premier roman chez Grasset (Du temps qu'on existait), en lice pour différents prix, il attaque vertement Ségolène Royal sur le plateau d'On n'est pas couché, l'émission du samedi soir sur France 2, avec Laurent Ruquier, bien content d'avoir un tel trublion sous la main.

Une première fois, il s'en prend aux politiques en général qui ne seraient que des « illusionnistes ». Ils ne peuvent que mentir au peuple. Une fois au pouvoir, ils seront de toute façon soumis au pouvoir économique. Ségolène a tenté de trouver quelques contre-exemples, montrant ainsi comment les politiques peuvent aider des salariés à reprendre le contrôle de leur instrument de travail.


Mais, un peu plus tard, c'est sur l'emploi du terme « pédagogie » que le jeune romancier revient à l'assaut de la candidate aux primaires socialistes. Marien Defalvard s'insurge alors, toujours sur le même ton des plus condescendants, contre une vision des politiques qui assimile le peuple à un enfant qu'il faut éclairer.

Il « trouve sidérant » l'emploi d'un tel terme alors qu'on parle aussi, en parallèle, « de l'intelligence du peuple », ce qui semble contradictoire aux yeux du jeune homme. Disons qu'il y aurait à redire tout de même sur une supposée contradiction des termes…Il fallait oser et le jeune blanc-bec l'a fait. Ségolène Royal était un peu trop soufflée certainement pour répondre correctement à ce moralisateur des temps modernes…