Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Le journal Biscoto devient éditeur “pour donner une autre orientation” à la BD jeunesse

Antoine Oury - 11.01.2017

Edition - Les maisons - Biscoto journal - Biscoto livres - Biscoto éditions


Le journal Biscoto, dont le numéro 1 est sorti en janvier 2013, a bien grandi tout en conservant sa jeunesse : les auteurs qui remplissent ses pages se retrouvent désormais en librairie. Les éditions Biscoto se lancent dans la publication de livres, en parallèle du journal, pour faire vivre une autre idée de la bande dessinée jeunesse.

 

 

 

Biscoto, journal plus fort que costaud, propose chaque mois des bandes dessinées, des jeux, des extraits de livres et des activités pour les plus jeunes : 4 ans plus tard, ce nouveau venu dans le secteur très fermé de la presse jeunesse a tenu bon, et propose en janvier 2017 son 45e numéro, sur le thème « À l'abordage ! ». Vendu en librairies et par abonnement, « Biscoto cumule aujourd'hui 600 abonnés, des particuliers, des bibliothèques, des médiathèques, des écoles, des Instituts français à l'étranger... Le premier abonnement de 2017 nous vient même du Swaziland, en Afrique du Sud », se réjouit Julie Staebler, cofondatrice du journal.

 

Le journal, désormais diffusé par les Belles-Lettres et subventionné par la région Alsace, la Drac Grand Est et le Centre national du livre, publie chaque mois différentes bandes dessinées, toutes plus folles et colorées les unes que les autres. En décembre 2016, on relevait ainsi Léo Louis-Honoré, Aiphix et Catherine Staebler, Emmanuel Espinasse, Benoît Preteseille, Élizabeth Holleville ou encore Alexandre Géraudie.

 

« Avec Biscoto, nous publions les œuvres qui nous intéressent : il faut que l'on s'amuse, parce que nous sommes éditrices de manière bénévole », souligne Julie Staebler. Avec la maison d'édition, en réalité l'association qui publie déjà le journal, le programme sera similaire : « Le journal a déjà prouvé qu'il y avait de la demande pour de la BD alternative pour les enfants. Nous pensons qu'il est intéressant de proposer d'autres BD, avec des auteurs et des styles qu'on n'a pas l'habitude de voir », explique Julie Staebler.

 

 

 

La cofondatrice du journal Biscoto (avec Suzanne Arhex) a pris la tête de la maison d'édition avec sa sœur Catherine Staebler, avec comme programme la publication d'œuvres des auteurs publiés dans le journal « car nous avons envie de défendre leur travail autrement ». La maison Biscoto a déjà fait un premier essai en septembre 2015 avec la publication de Francis Saucisson contre l'âge bête, de Nicolas Pinet, « bien reçue par la presse et par le public », ce qui a motivé l'équipe à concrétiser le projet de maison d'édition.

 

Les séries parues dans le journal Biscoto pourront être retravaillées avant la publication, comme c'est le cas pour Le Meilleurissime Repaire de la Terre d'Oriane Lassus, première publication 2017 de la maison, mais ce ne sera pas systématique, nous confirme Julie Staebler.

 

En mars, Biscoto publiera Le Monde de Jeanne, un ouvrage de théâtre signé par Laure Boutaud et illustré par Benoît Preteseille, « présenté un peu de la même manière que Sodome et Virginie de Tardi : chaque personnage a une vignette qui représente son visage en face des répliques, ce qui permet d'exprimer l'émotion, le ton, l'ambiance de la scène ». L'album évoque le quotidien de Jeanne, dyspraxique, et s'adressera à tous : « Nous avons voulu travailler le texte pour en faciliter la lecture, afin que les lecteurs empêchés puissent en profiter. » Comme le journal Biscoto, le livre sera composé avec la police Heinemann Special, qui facilite la lecture pour les dyspraxiques.

 

Suivront ensuite le tome 2 de Francis Saucisson et un conte illustré en fin d'année : les éditions Biscoto ne se contenteront pas de bandes dessinées, même si l'illustration sera toujours centrale. Les ouvrages seront tirés à 2000 exemplaires — « Nous n'avons pas envie de surdiffuser, de mettre la pression aux libraires » — et diffusés en France, Belgique, Suisse et Canada. Pour le moment, la jeune maison mise sur un rythme de publication de 4 livres par an.