Le journaliste et diplomate Roger Auque est décédé

Antoine Oury - 08.09.2014

Edition - Les maisons - Roger Auque décès - journaliste otage Liban - ambassadeur de France


Le journaliste et diplomate Roger Auque est décédé ce lundi à l'âge de 58 ans, des suites d'un cancer, rapporte l'AFP. Il se rend très tôt au Liban, dès sa jeunesse, et le pays marquera durablement sa carrière et son existence. En 1987, il est en effet fait prisonnier par le Hezbollah, et restera otage pendant près d'un an.

 

Le « grand reporter baroudeur et play-boy en même temps », comme il se définissait lui-même, est décédé. Né le 11 janvier 1956 à Roubaix, d'une mère communiste et d'un père gaulliste, Roger Auque se rend au cours de sa vingtaine au Liban, où il combat les musulmans progressistes aux côtés d'Américains, de Français ou de Libanais...

 

Difficile à cadrer, Auque se définissait comme un « anarchiste de droite », et s'est engagé à l'UMP en 2008, lorsqu'il est élu conseiller municipal du 9e arrondissement. En décembre 2009, le président Nicolas Sarkozy le nomme ambassadeur de France en Érythrée, un pays où il laissera quelques ardoises, rappelle Bakchich.info.

 

En tant que journaliste, Roger Auque est passé par les rédactions de RTL, La CroixParis MatchLe Figaro, Sipa Press, ou Radio-Canada, comme correspondant permanent à Bagdad ou à Beyrouth. Sa carrière fut marquée par son enlèvement et sa détention au Liban, en 1987. Il fut libéré suite aux négociations de Charles Pasqua, avec son confrère Jean-Charles Marchiani.

 

Roger Auque avait tiré deux livres de ses péripéties : Un otage à Beyrouth, avec Patrick Forestier, aux éditions Filipacchi (1988), et un Journal de Bagdad, aux éditions Anne Carrière (2005).