Le jury d'un procès lira un livre sur l'empoisonnement d'artichauts de Jérusalem

Nicolas Gary - 08.06.2018

Edition - Justice - empoisonner nourriture famille - artichauts jerusalem


Des artichauts de Jérusalem tués au désherbant, voici l’inimaginable lecture – qui n’a rien d’un polar – que le tribunal impose à son jury. Cette affaire a d'ailleurs une résonnance particulière avec l'actualité autour du glyphosate. Il s'agit un sororicide potager (ne rigolez pas tout de suite...) qui concrétisait des années de conflit familial... 

 



 

Gillian Leeden fut reconnue coupable, en 2014, d’avoir empoisonné les artichauts de Jérusalem de sa sœur aînée, Lyndsey Glasset. Arme du crime ? Un puissant désherbant qui normalement est utilisé pour détruire des mauvaises herbes. Gillian, aujourd’hui âgée de 66 ans, était à l’époque infirmière à la retraite. Mais que s’est-il passé ?

 

Elle travaillait à cette époque à soigner sa mère, un boulot à, plein temps qu’elle vivait avec elle. Gillian Leeden vivait dans le même appartement, à l’étage. Après la mort de leur mère, en avril 2014, Lyndsey Glasset est partie s’installer à Norfolk. 

 

C’est ici que les choses se corsent : la jalousie entre les sœurs couvait certainement depuis un moment. 

 

V... pour Vegetables Vendetta
 

Leeden avait un passif : elle avait commencé avec un blog, où elle insultait copieusement ses sœurs, puis des emails de menaces. Et puis, elle en est venue un beau jour aux actes. Des caméras de surveillance la montre en train de mettre un terme à l’existence des artichauts de Jérusalem. 

 

Sa sœur, Glassett les avait en effet retrouvés au retour d’un week-end, cramés et mourants. Et la vidéo, implacable, montrait comment Leeden avait aspergé copieusement les plantes, dans l’intention très claire de leur donner la mort. 

 

Leeden avait reconnu avoir vaporisé du Roundup spécial pour se débarrasser de la chienlit, mais non par méchanceté. Elle avait affirmé durant son procès de 2014 qu’elle avait confondu artichauts de Jérusalem et mauvaises herbes. 

 

Peu après sa condamnation, Leeden a décidé de prendre en main la situation et se lance dans la rédaction d’un terrible livre. 



 

En effet, elle autopublie Behind the Artichokes, qui entend rétablir la vérité vraie. L’ouvrage est proposé à la famille, aux proches, aux amis, même à des conseillers municipaux. Et tout cela pour sauver l’héritage de son propre fils, affirme-t-elle. 

 

Retour sur les raisons d'un tuberculicide
 

Dans l’ouvrage elle accuse Glassett d’avoir abusé de la crédulité de leur mère, de lui avoir dérobé des bijoux, ainsi que des meubles, mais également la somme de 21.000 £. Le tout avec la complicité de leur troisième sœur, Deborah Lemay. 

 

Et, comble, Glassett aurait hérité de leur tante Barbara Leeden d’une somme considérable, également par le biais de malversation. 

 

Les deux sœurs ne l’ont pas entendu de cette oreille et loin d’avoir un cœur, d’artichaut ça va sans dire, considèrent que le livre fournit de fausses informations. De la diffamation en somme. Et le procès s’ouvrant, voici donc le jury sommé de lire l’ouvrage de 213 pages, sur ordre du juge. 

 

« Vous n’avez pas à vous précipiter, mais il faut le faire, il n’y a pas d’alternative. C’est une chose un peu inhabituelle à faire », reconnaît tout de même le juge Stephen Warner, en charge de l’histoire. 

 

Le procès doit durer près de trois semaines, mais le plus drôle arrive. Il faut en effet savoir que l’expression artichauts de Jérusalem désigne très poétiquement... des topinambours.  

 

C’est donc Le retour de la vengeance des légumes d’antan...



via BBC
 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.