Le Kindle Paperwhite en Chine : piratage, contenu et autres problèmes

Nicolas Gary - 21.04.2013

Edition - Economie - Amazon - Kindle Paperwhite - commerce en ligne


L'arrivée de l'acteur américain Amazon en Chine était des plus attendues. Le Kindle se vendait déjà, même sous le mateau, dans le pays, mais les services n'étaient pas encore accessibles. Impossible d'acheter directement un livre numérique depuis son lecteur ebook. Mais le lancement cette semaine du Kindle paperwhite, avec rétroéclairage, présente une véritable gageure...

 

 

 

 

On se souviendra en effet que Hanvon Technologies avait tenté de faire percer la lecture numérique en commercialisant son propre appareil de lecture sur le marché chinois. Succès d'estime et bel outil, certes, mais après les débuts prometteurs, la sauce n'a pas pris, et finalement, en raison d'un manque cruel d'oeuvres à acheter, le service n'avait pas tenu la distance. 

 

Il fallut attendre 2011 pour que le plus grand éditeur, Cloudary, décide de se relancer dans l'aventure, avec un lecteur ebook, le Bambook. Sauf que le contenu n'était toujours pas au rendez-vous, et finalement, on constatait que les ventes de Kindle d'occasion sur le site Taobao, dépassaient largement celles de Bambook. Et même le cybermarchan DangDang, pourtant star dans l'Empire du Milieu, avec ses 50 % de parts de marché, n'était pas parvenu à percer dans le segment de la lecture numérique.

 

Alors bien entendu, Amazon va se heurter au même problème de contenu. Mais le marchand arrive tout de même avec plusieurs titres au catalogue, et la possibilité de commercialiser des oeuvres d'auteurs indépendants, ou encore des titres négociés. Cela ne fait pas tout : la politique tarifaire agressive d'Amazon sera un autre argument pour simplifier la pénétration sur le marché. 

 

L'une des plus grandes méthodes du marchand sur le territoire américain, aura été de jouer sur la tarfication des versions numériques, mises en regard du format papier. Et en somme, le livre numérique est l'équivalent d'un format poche, au niveau tarifaire, sauf qu'il sort simultanément à la version grand format. Là où le poche, comme partout ailleurs, peut sortir plusieurs mois plus tard, voire une année entière. 

 

"Moins de 1 % des parutions du pays

sont disponibles au format numérique"

 

Pour la Chine, la différence de publications se joue moins sur le grand format et le numérique, mais plutôt entre l'offre légale et l'offre illégale. Des versions piratées des oeuvres circulent assez rapidement, et les livres numériques ont toujours été plus compliqués à vendre dans le pays, en raison de la force du piratage. Le plus important problème d'Amazon ne sera donc pas de faire connaître son appareil, déjà plébiscité, mais plutôt de parvenir à s'imposer comme une plateforme de vente d'ouvrages, y  compris en chinois, que les consommateurs adopteront. 

 

Et là encore, en termes de contenus, ce ne sera pas des plus commodes : moins de 1 % des parutions du pays sont disponibles au format numérique. Un gros effort de numérisation devra se mettre en place, pour assurer que les lecteurs chinois disposeront d'oeuvres originales à se mettre sur l'écran, et sous les yeux. De nombreux experts prédisent déjà le premier échec retentissant dans la longue carrière d'Amazon, explique IB Times.

 

Depuis décembre 2012 que les différentes applications Kindle ont été mises à jour pour supporter l'écriture spécifique, il fallait également attendre que l'appareil obtienne le logo CCC (China Compulsory Certificate), et surtout l'autorisation de 3 entités gouvernementales, requise pour les appareils sans fil. L'aval du ministère de l'industrie et des technologies de l'information chinois, en première ligne, s'avère alors indispensable, contrôle de l'expression et de l'information oblige. 

 

Or, on s'en souvient, Amazon avait connu quelques déboires avec les autorités de la concurrence du pays, retardant d'autant le lancement tant attendu. 

 

La réussite de l'opération est particulièrement importante pour la firme, mais plus globalement pour le commerce en ligne. Selon le Centre d'information sur le réseau internet en Chine (CNNIC), l'empire du Milieu comptait, à la fin de l'année 2012 déjà 564 millions d'internautes. Mais, ce qui est remarquable, c'est la hausse par rapport à 2011 : 51 millions de nouveaux connectés, rapporte l'AFP.

 

Face à de tels chiffres, on comprend tout l'enjeu que représente le marché chinois pour les géants du web que sont Google et Amazon. Avec un taux de pénétration d'Internet de 42,1 % fin 2012, on comprend bien que la Chine peut représenter un relais de croissance considérable pour Amazon.