Le Kindle violerait le droit d'auteur avec sa fonction de lecture

Clément Solym - 11.02.2009

Edition - Justice - Kindle - violer - droit


Ça n'a pas tardé : alors que le nouveau modèle du Kindle est annoncé partout, les éditeurs de contenu audio constatent que cette révision pourrait enfreindre le droit d'auteur du fait de l'une de ses nouvelles fonctionnalités, la lecture de livres électroniques par le biais de son système intégré.

C'est dans un article du Wall Street journal que la controverse est lancée. Alors que Jeff Bezos, le grand manitou d'Amazon expliquait que des mesures ont été prises pour éviter une rupture de stock comme cela avait eu lieu avec le premier modèle à deux reprises, dont la dernière peu avant les fêtes, la puissante Guilde des auteurs pointe du doigt la fonction de synthèse vocale.

Pour Paul Aiken, le directeur exécutif de l'Authors Guild, le Kindle d'Amazon « n'a pas le droit de lire à voix haute un livre. Cela relève du droit audio, qui est un dérivé du droit d'auteur ».

Pour Amazon, il n'en est rien, puisque cette fonctionnalité dépend de la technologie text-to-speech implantée dans la bestiole et que, de par la voix qui en sort, aucun utilisateur ne fera la confusion avec un authentique livre audio. Rappelons au passage que justement, Amazon est propriétaire d'un des acteurs majeurs de ce marché, Audible.

Plusieurs éditeurs de contenu audio ont toutefois manifesté leurs inquiétudes face à cette fonctionnalité. L'affaire va probablement être examinée et pourrait déboucher sur des poursuites.