Le latin un savoir précieux de moins en moins enseigné

Clément Solym - 05.12.2008

Edition - Société - latin - langue - culture


Le latin est-il mort ? Il est en tout cas de moins en moins enseigné ou plus précisément de plus en plus tard. Il est vrai que dans notre société moderne, le latin ne trouve pas vraiment d'utilité.

Pourtant sa beauté et sa complexité fascinent encore. Et son inutilité apparente en fait un savoir précieux. En Allemagne Wilfried Stroh, un universitaire, professeur de philologie classique, grand amoureux de la langue de Cicéron, a décidé d'animer une émission télé uniquement en latin.

Il a en outre écrit Le latin est mort, vive le latin !, petite histoire d'une grande langue, il joue les guides de Munich pour touristes latinophones et rend aux Péplums leur langue originale en les doublant en latin.

Nos confrères du Figaro, ont consacré un article à cette belle mais complexe langue et plus précisément à ceux qui l'aiment. Des hommes de bonne éducation à n'en pas douter.

Hélas, certains ne la mettent pas toujours à bon profit et finissent par devenir sectaire voir suffisant comme Gérard Oberlé qui déclarait : « Un Européen qui n'a pas étudié les auteurs anciens est un inculte. Voilà une raison suffisante pour étudier le latin [...] Et aussi le plaisir de toiser ceux qui ne connaissent que des langues vulgaires, prétendues vivantes ».