Le leader des White Stripes écrit un poème en hommage à Détroit

Clément Solym - 07.07.2008

Edition - Société - White - Stripes - poème


Le leader des White Stripes, Jack White, originaire de Détroit, a parlé pour exprimer toute la grandeur et l'émotion que lui apporte cette ville. Et également pour dissiper un certain malentendu sur le sentiment que le leader peut avoir à l'égard de Détroit.

Jack avait en effet l'impression que son avis sur Motor City avait été mal interprété depuis qu'il avait déménagé à Nashville, voilà deux ans. En 2006, le chanteur avait en effet déclaré qu'il n'en pouvait plus « de la négativité de la ville », et qu'il avait dû la quitter pour cela. Il déplorait par ailleurs ce qu'était devenue la musique à Détroit.

Il a donc saisi sa plus belle plume pour écrire 'Courageous Dream's Concern', qui a été publié dans le Detroit Free Press. On peut y lire son « sentiment sur la ville elle-même et combien [il] la croi[t] forte ».

Le leader des White Stripes explique que « ce poème, c'est la ville de Detroit vue depuis mon âme. Celle qui est dans mon coeur. La maison qui entoure et enveloppe ceux qui sont réellement bénis par l'expérience de vivre dans ses frontières ».

Et revenant sur sa déclaration de 2006, il explique qu'elles n'ont « jamais été une expression de mes sentiments sur la ville de Détroit, pour laquelle j'ai une vive émotion... pas plus qu'elles ne concernent ses habitants ».

Le poème paru chez Freep suit :

'Courageous Dream's Concern'
by Jack White

I have driven slow,
three miles an hour or so,
through Highland Park, Heidelberg, and the
Cass Corridor.
I've hopped on the Michigan,
and transferred to the Woodward,
and heard the good word blaring from an
a.m. radio.
I love the worn-through tracks of trolley
trains breaking through their
concrete vaults,
As I ride the Fort Street or the Baker,
just making my way home.


I sneak through an iron gate, and fish
rock bass out of the strait,
watching the mail boat with
its tugboat gait,
hauling words I'll never know.
The water letter carrier,
bringing prose to lonely sailors,
treading the big lakes with their trailers,
floats in blue green chopping waters,
above long-lost sunken failures,
awaiting exhumation iron whalers,
holding gold we'll never know.


I've slid on Belle Isle,
and rowed inside of it for miles.
Seeing white deer running alongside
While I glide, in a canoe.
I've walked down Caniff holding a glass
Atlas root beer bottle in my hands
And I've entered closets of coney islands
early in the morning too.
I've taken malt from Stroh's and Sanders,
felt the black powder of abandoned
embers,
And smelled the sawdust from wood cut
to rehabilitate the fallen edifice.
I've walked to the rhythm of mariachis,
down junctions and back alleys,
Breathing fresh-baked fumes of culture
nurtured of the Latin and the
Middle East.
I've fallen down on public ice,
and skated in my own delight,
and slid again on metal crutches
into trafficked avenues.


Three motors moved us forward,
Leaving smaller engines to wither,
the aluminum, and torpedo,
Monuments to unclaimed dreaming.
Foundry's piston tempest captured,
Forward pushing workers raptured,
Frescoed families strife fractured,
Encased by factory's glass ceiling.


Detroit, you hold what one's been seeking,
Holding off the coward-armies weakling,
Always rising from the ashes
not returning to the earth.


I so love your heart that burns
That in your people's body yearns
To perpetuate,
and permeate,
the lonely dream that does encapsulate,
Your spirit, that God insulates,
With courageous dream's concern.





Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.