Le lectorat australien a dévoré plus de livres cette année

Clément Solym - 22.08.2008

Edition - Société - Australie - vente - livres


Connue pour son goût immodéré pour les livres de cuisine et les sagas criminelles, l'Australie vient de démentir sa réputation de mauvais lecteur, témoigne Nielsen BookScan. Avec 1,25 milliard $ (australiens) dépensés pour acheter près de 63 millions de livres, cela représente une croissance de 7,5 % par rapport à l'an dernier.

Et même sans prendre en compte le dernier Harry Potter, sorti en juillet dernier, les ventes globales ont augmenté de 5,2 %. « Les gens sont à la recherche de livres divertissants », explique Craig Hemmer, directeur de Angus & Robertson.

Et malgré le ralentissement économique, une « déferlante pour les livres » est clairement constatée, avec une prédominance pour la littérature locale.

Le pays connaît actuellement un gros tracas dans le monde de l'édition, avec l'ouverture à l'import de livres, qui arrangerait les libraires, mais handicape sérieusement les éditeurs.

« Je crois que les gens voient dans les livres une valeur saine, parce que l'activité peut être chronophage. Mais l'industrie est également tributaire de la qualité des livres qui arrivent sur le marché, et l'an passé a été particulièrement florissant. » Et fait intéressant, sur les 10 meilleures ventes, cinq sont des livres australiens, tandis que sur les 50 plus gros succès au cinéma, seul un (Happy feet) est originaire de l'île.

Évidemment, Rowling est première de ce classement, avec 'Les reliques de la mort'.