Barnes & Noble, divorce consommé, en bonne intelligence

Clément Solym - 03.08.2015

Edition - Librairies - Barnes Noble - activités vente - Education détail


Depuis plusieurs mois, Barnes & Noble, la chaîne de librairies américaines, annonçait les préparatifs pour séparer ses activités. D’un côté, il y aurait la dimension scolaire, avec la création de B & N Education Inc., et de l’autre tout le reste. Eh bien, ce 3 août, la fission est effective.

 

Barnes & Noble Booksellers, Barnes and Noble Book Store. 6/2014

Mike Mozart, CC BY 2.0

 

 

Dans un communiqué, le libraire annonce donc que Barnes & Noble représente donc deux entités indépendantes, avec Barnes & Noble Education d’un côté, et Barnes & Noble College de l’autre. La première structure est pilotée par Michael Huseby, ancien directeur général de B & N Inc., avec Max J. Roberts à la tête.

 

« Nous sommes un leader de l’industrie, avec 724 magasins dans les collèges et universités, fournissant plus de 5 millions d’élèves et de professeurs à travers le pays », affirme ce dernier. 

 

En plus de cette séparation en bons termes, la firme s’est également séparer progressivement de ses activités numériques, alors que Microsoft, logiquement partenaire de luxe depuis 2012, a lui-même pris ses distances depuis quelque temps.

 

En distinguant ses opérations, B & N poursuit sa reconquête du marché du livre, en ouvrant un pan entier de sa société aux futurs investisseurs. Il est vrai qu’après l’échec retentissant du Nook, et de sa plateforme numérique, le libraire était presque laissé pour mort.