“Le libraire est toujours un témoin de son temps”

Auteur invité - 04.10.2018

Edition - Librairies - séminaire formation librairie - libraires francophones formation - libraire métier formation


L’été dernier, du 2 au 6 juillet, s’est tenu le traditionnel séminaire de formation des libraires francophones, programmé tous les deux ans par le BIEF et le CNL, et auquel l’AILF a été associée, dans sa programmation et son animation. Un séminaire qui n’eut cette année rien de bien traditionnel…


Atelier AILF - BIEF
AILF / ActuaLitté - CC BY SA 2.0
 
 

Il s’est constitué sur l’idée qu’un libraire est toujours un témoin de son temps, et que sa formation s’exerce aussi par l’observation et par l’acuité de son regard sur son métier et ses évolutions. Et précisément, beaucoup se dit aujourd’hui des changements à l’œuvre dans le secteur du livre : nouveaux acteurs, nouveaux modes d’accès au livre, vente en ligne, numérique, nouvelles stratégies éditoriales, concentration de l’édition et en même temps explosion de l’autoédition, etc.

Où se situe la librairie dans ces réflexions, sachant qu’elle est le lieu final où se cristallisent, en positif ou en négatif, toutes ces tendances ? Et la librairie francophone, présente sur toute la planète, peut-elle rester à l’écart de ces réflexions ?
 

C’est donc à une démarche prospective sur leur métier qu’ont été conviés douze libraires issus des horizons les plus larges de la francophonie : Shanghai, Taipei, Singapour, Le Caire, Jérusalem, Abidjan, Kigali, Port-au-Prince, Antananarivo, Berlin, Buenos Aires, San Jose.
 

Lisez solidaire : quand le livre vient en aide
aux exilés et réfugiés


Et c’est un large éventail de rencontres qui leur a été proposé, sous forme d’ateliers, le choix ayant été fait d’adopter une démarche active, collaborative : et donc de regards croisés et échanges entre, d’une part ceux qui se veulent porteurs d’innovations (acteurs dans la création, l’édition, la diffusion) ou qui en sont des observateurs avisés (chercheurs, consultants), et d’autre part les libraires garants des fondamentaux de leur métier. 


Les ateliers ont donc été construits autour de thématiques « métier », et de thématiques « prospectives ». On se doute que ces dernières étaient liées à l’actualité :

— La création sort des rails : l’auto-édition, l’édition en ligne et les nouvelles démarches éditoriales. Avec Elisabeth Sutton (IDBoox), Samuel Petit (Sequencity), Guillaume Vissac (Publie.net). Avec en contrepoint David Meulemans, éditeur aux Forges de Vulcain. 

— Nouveaux styles de vie, nouvelles normes de consommation : quelle place pour la librairie indépendante ? Avec Julie Guilleminot (L’Apprimerie), Vincent Chabeau (sociologue, Université Paris Descartes), et Anaïs Massola (Librairie Le Rideau rouge, Paris). 

— Le numérique et sa place en librairie. Avec Éric Marbeau (Madrigall), Juan Pirlot (Youscribe), Guillaume Favier (Culturethèque, Institut français) et Philippe Goffe (AILF – Librel.be). 

— Nouveaux supports, nouvelles diffusions : le livre audio, le livre jeux, le livre en ligne. Avec Cécile Palusinski (La Plume de Paon), Marine Baudouin (Lunii), et Nina Gorman, booktubeuse (ça décoiffe !)
 

Atelier AILF - BIEF
AILF / ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Les thématiques « métier » quant à elles, furent consacrées à un atelier « Art de vivre et vie pratique » avec trois éditeurs (Mango, Flammarion, Albin Michel) ; un atelier « Edition jeunesse » avec Tibo Bérard des Éditions Sarbacane ; un atelier consacré aux rapports de la librairie avec le secteur des médiathèques, avec Philippe Colomb (Médiathèque Françoise Sagan) ; et une rencontre sur le thème éternel « Pour une nouvelle relation éditeurs libraires », avec Benoît Vaillant (Pollen), Robert Menand (Hachette Éducation) et Julien Delorme (« sur-diffuseur »).


Dans tous ces ateliers, c’est bien entendu la place et le rôle du libraire qui étaient l’enjeu des débats. D’où l’intérêt de l’exercice, double selon nous.
 

Ce qui bouge dans le livre n’est souvent qu’imparfaitement perçu par les libraires, absorbés par un quotidien très dense. Et cela d’autant plus lorsqu’on est de l’autre côté de la planète. Ces rencontres ont donc voulu raccourcir cette distance. 
 

Marché du livre : des achats de livres plus variés
ces 10 dernières années

 

Et par ailleurs, de tout ce qui se fait ou se dit autour du livre aujourd’hui (et se dira demain…), le libraire doit comprendre et retenir ce qui peut alimenter ou enrichir le cœur de son métier. Comment faire se rencontrer ce métier et les mutations en cours, et comment agir pour rappeler à tous le rôle d’acteur essentiel que tient le libraire dans la transmission du savoir et de la culture ? Ce sont de beaux défis, tant par rapport à soi qu’au niveau collectif.

C’est cela qu’avec Pierre Myszkowski, du BIEF, nous avons voulu proposer aux libraires francophones au cours d’un séminaire qui faisait figure de prototype, et parlait moins de formation que d’un travail de découverte et de réflexion : Les Ateliers de la librairie francophone. 

 

Philippe Goffe, Président de l’Association internationale
des libraires francophones



 

En partenariat avec l'AILF

 

 

Retrouver toute l’actualité de la librairie francophone dans le monde

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.