Le libraire Foyles se tourne vers l'avenir

Julien Helmlinger - 18.02.2013

Edition - Librairies - Librairies - Foyles - Avenir


Réunis ce vendredi 15 février sur Charing Cross Road, à Londres, pour un atelier librairie en partenariat avec Foyles, des acteurs du secteur de l'édition se sont penchés sur l'avenir de l'enseigne. Comment pourrait-elle créer une librairie du futur à l'occasion de son départ des anciens locaux du Central St Martins campus. Et pour le libraire qui a encadré l'expérience, ces ateliers se seraient révélés « source d'inspiration ».

 

 

 Creative Commons (CC by 2.0)

 

 

Miriam Robinson, en charge du marketing chez Foyles, a confié son enthousiasme à l'issue des ateliers, évoquant une certaine hâte à dresser l'inventaire détaillé des suggestions soumises au sujet du nouveau magasin, à l'occasion des deux journées dédiées.

 

Comme elle l'explique : « Je pense que cela c'est passé extraordinairement bien, il était étonnant de soutenir ce genre d'énergie sur deux jours avec deux groupes totalement distincts de personnes. Il y avait beaucoup de bonnes idées autour de l'adhésion, la loyauté, l'autonomisation des clients et leur expérience de découverte. Nous allons maintenant nous asseoir avec les architectes et passer par les idées et par la suite mettre en place une liste sur le site Foyles pour que les autres puissent regarder. »

 

Patrick Neale, président de la Bookseller Association et propriétaire de la librairie Jaffe & Neale, et qui entend bien mettre à profit certaines des idées évoquées pour son propre magasin, a déclaré : « J'ai pensé que c'était vraiment inspirant. Je crois que l'avenir est multi-format et tout le monde y croit aussi. Il y avait beaucoup de rêves bleus et le message autour de la fidélité et de la viscosité - visant à conserver les clients avec vous - est vraiment important. »

 

Quant à Simon Key, co-propriétaire de la librairie Big Green, basée à Wood Green, a confié avoir rempli son ordinateur d'idées à retravailler et adapter éventuellement pour sa propre enseigne. Il adhère notamment à l'idée de diffusion d'un flux de ventes Twitter sur le mur de la boutique. « C'est très important, et la fidélité, c'est beaucoup plus qu'une carte de membre. Il y a eu pour moi beaucoup de matière à penser. »