“Le libraire ne devra jamais penser que la gestion de sa librairie fait son âme”, mais...

Auteur invité - 19.02.2018

Edition - Librairies - libraire expert comptable - comptabilité librairie commerce - gestion librairie comptabilité


Et si ma librairie m’était comptée ? Voilà une question récurrente : peut-on (doit-on ?) appliquer à la librairie un mode, des techniques de gestion qu’on retrouve chez tous les commerçants ? Thierry Caron, expert-comptable fondateur de Norma Expertise Comptable, compte plus de 20 % de son activité dans les secteurs du livre. Formateur pour Book Conseil, il revient avec nous sur les possibilités de développement pour les libraires.


The Cash Machine
Jessica Rabbit, CC BY 2.0

 

Le libraire est un agitateur de culture. S’il en doute, un habile (mais rapide) changement de métier s’impose. Et un jardinier n’a jamais pensé que c’est le râteau qui fait pousser de belles carottes, comme le libraire ne devra jamais penser que la gestion de sa librairie fait son âme. 
 

Mais certaines réalités sont tenaces, et l’époque pardonne peu aux dilettantes. On ne peut pas compter sur les administrations pour délivrer des indulgences, Dieu ne les habite qu’à la marge, et ils fournissent plutôt abondamment en redressements et autres sanctions. Les banquiers, dévorés par les systèmes automatisés, n’ont plus la moindre marge de manœuvre. Et le client, peu sensible aux contraintes matérielles de son libraire, ne comprend pas qu’un titre ne soit pas disponible dans la boutique. Concilier l’inconciliable, mission impossible ? Parfois on se le demande. 
 

Et pourtant, on a trouvé des réponses dans la façon d’appréhender la vente en librairie. Ainsi, on peut voir la vente additionnelle comme un gros mot. Mais si le libraire parle avec son client, d’un livre, d’un auteur qu’il aime, avec toute sa passion, il en vendra un et puis deux. Il a fait son métier, et il vend. L’erreur serait de lui apprendre à vendre, et qu’il n’envisage qu’ensuite de faire son métier, il en perdrait toute l’essence. 


En quoi le raisonnement serait-il différent pour la gestion ?  


Certes elle est mal perçue par les libraires, qui affichent encore nombreux un « je n’aime pas les chiffres » tout de même un peu surprenant.  
 

Elle est vécue comme chronophage, ne présentant aucun intérêt (aucune « valeur ajoutée », comme disent les comptables), voire handicapante pour l’exercice quotidien. Combien alors tentent la stratégie suicidaire de l’évitement ? La comptabilité, c’est pour satisfaire l’expert-comptable, donc on la prépare quand on peut, mais surtout plus tard. Le banquier est un porteur de nouvelles désagréables, donc on attend son appel, qu’il ne manquera pas de passer à la première traite rejetée et validant ainsi sa réputation. Et que dire de ces logiciels à prix d’or, dont les fonctionnalités sont utilisées à 20 %, juste pour compter la caisse le soir, ou à peine plus ? 
 

Book Conseil - Formation comptable pour libraires

 

J’exagère ? Que le lecteur libraire qui est capable de me dire de mémoire le niveau de son stock hier soir, voire quelques jours en arrière, me jette la première pierre. Et pourtant la plupart des logiciels du marché donnent l’information par simple lecture. Et lorsque le banquier vous conseillera de faire des retours pour améliorer votre situation financière — s’invitant ainsi de facto dans la gestion de votre assortiment — vous ne serez plus alors à fustiger un expert-comptable taquin, mais aurez l’impression d’être plongé dans la 4e dimension. 
 

Le libraire qui ne domine pas toutes ces contraintes, rentabilité, niveau du stock, trésorerie, se retrouve à Thoiry : si vous ne mettez pas les fauves en cage, c’est vous qui êtes enfermés dans votre voiture, à vous de choisir votre camp.


Et encore n’est-ce là que la vision punitive de l’argumentaire. Il y en a d’autres, plus positives.
 

Quand mon libraire facturera la rentrée littéraire
au prix de la vidange

 

Ne voyez-vous aucun intérêt à analyser vos ventes, repérer et quantifier ce qui marche, en tirer des conclusions sur tel ou tel auteur, mal vendu, à inviter parce que sa présence donne tellement envie, ou sur telle ou telle façon de mettre en valeur votre vitrine ?

N’y a-t-il aucun attrait à mieux travailler la saisie sur vos logiciels, exporter les écritures vers votre expert-comptable, le sortir de cette fonction stupide de saisie des données et tirer la meilleure valeur ajoutée possible de ses conseils ? N’y a-t-il pas un intérêt vital à bien connaître le détail de ses stocks, renvoyer ce que vous ne vendez pas, gérer rayon par rayon leur niveau et ainsi améliorer à la fois la trésorerie, et les ventes ? 
 

Mise en place d’un logiciel de gestion de tous les flux numériques (livraisons-stocks-ventes-analyses des ventes-factures fournisseurs), mise en place d’une organisation administrative adaptée, suivi de la trésorerie, de quelques indicateurs de rentabilité. Certes c’est un investissement, certes vous devrez passer par un peu de formation (financée par vos contributions !), mais le jeu en vaut largement la chandelle. 
 

Book Conseil - Formation, gestion de sa librairie


Amazon s’appuie sur des logiciels performants, une logistique organisée, un système administratif et financier verrouillé, et embauche des manutentionnaires pour livrer des cacahuètes, des draps de lit, des livres et un raton laveur. Vous êtes des libraires, vos salariés sont des libraires, emparez-vous des mêmes techniques, et continuez à fournir de la lumière à vos clients, rien que de la lumière ! 

 

Retrouver toutes les formations aux métiers du livre




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.