Le livre a de moins en moins de poids dans l'économie de la culture

Antoine Oury - 25.09.2019

Edition - Economie - livre economie culture - livre economie - edition economie


Chaque année, le ministère de la Culture propose un état des lieux de l'économie culturelle, dominé par un chiffre : celui du poids économique direct de la culture. En 2017, celui-ci s'est établi à 2,3 % de l'ensemble de l'économie, un niveau relativement stable depuis 2015. Mais des variations s'observent dans l'économie de la culture elle-même, notamment concernant le poids du livre, en baisse depuis plusieurs années.

Euro
(photo d'illustration, Hernán Piñera, CC BY-SA 2.0)


En 2017, la somme des valeurs ajoutées des différentes branches de la culture atteint les 47,5 milliards €, soit 2,3 % de l'économie française, révèle une étude signée par Laure Turner et publiée par le Département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture. 

Si la presse a indéniablement subi la plus forte baisse, passant de 25 % du poids économique de la culture en 2000 à 11 % en 2017, le livre n'a pas connu de hausse ces dernières années, affichant clairement une tendance à la baisse. La part du livre dans l’ensemble de l’économie est ainsi passée de 0,19 % en 1995 à 0,12 % en 2017. Et la contribution du livre à la croissance est nulle, cette même année 2017.



Les croissances les plus fortes s'observent dans l'audiovisuel, l’architecture, les agences de publicité et les arts visuels, note l'étude du ministère de la Culture. Si ces chiffres reflètent une certaine réalité, il faut noter qu'ils ne prennent pas en compte l’activité en France des différents acteurs de l’économie numérique, ce qui inclut, notamment, Amazon, dont l'impact sur l'économie du livre n'est sans doute pas négligeable.
 
En 2016, les secteurs culturels employaient 635.700 personnes, soit 2,4 % de la population active. 7 % de ce total sont rattachés au secteur du livre, soit 43.801 personnes, dont 39 % de non-salariés. L'évolution est négative, entre 2008 et 2016, puisqu'on dénombre 25 % d'effectifs en moins dans le secteur, la baisse la plus importante, même devant la presse (- 24 %).

L'intégralité du document est disponible ci-dessous.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.