Le livre ancien, un placement plus sûr que Wall Street

Clément Solym - 14.04.2008

Edition - Economie - livres - anciens - Bourse


Mettant en relation l'indice Dow Jones de New York, l'évolution du prix de l'immobilier aux USA depuis 1890, le Napoléon ou pièce de 20 F or, l'hectare de terre labourable en île de France, l'indice de construction en France et le pouvoir d'achat réel en euro constant en 2008 et... trois éditions de 1670 des Pensées de Pascal (exemplaire relié en veau original), la Librairie Sourget vient de créer le scandale !

Bibliophilie, une valeur française sûre

« Le développement de la bibliophilie n’est donc pas une mode passagère – les modes ne durent pas des siècles –, mais un fait profondément ancré dans notre civilisation et par là même appelé à durer encore très très longtemps », peut-on lire dans l'étude (passionnante).


Car il semblerait bien qu'un livre ancien soit un placement bien plus efficace en termes d'investissement que les éléments cités ci-dessus. Et ce, quel que soit son prix d'achat : « Un livre de 10 000 € a autant d’avenir patrimonial qu’un livre de 100.000 €. »

Travaillez, prenez de la peine, c'est le fonds qui compte le moins...

Des économies ainsi placées dans du papier fructifieraient alors plus efficacement que cette même somme investie à Wall Street, voilà qui contrariera assurément les traders. Et l'étude s'appuie sur d'autres ouvrages pour montrer combien leur valeur a pu croître quatre fois plus vite que la valeur du Dow Jones, pour l'exemplaire des Essais de Montaigne sur vélin de 1580. D'autant que cela n'inclut pas la fiscalité, les frais intermédiaires et j'en passe...

Or, « les livres plus modestes ont vu leur prix croître plus rapidement encore que les grandes originales étudiées ici », ajoute-t-il. Le marché du livre semblerait d'ailleurs vivre au rythme des crises, mais repart ainsi plus rapidement.

Un garant patrimonial

Les livres garants patrimoniaux ? On croit rêver... Pourtant, l'exemplaire des Fables de La Fontaine en témoigne également ! « En monnaie constante et pouvoir d’achat réel, la valeur de ce volume était multipliée par 322, tandis que l’indice de la bourse de New York était, selon les mêmes critères, multiplié par moins de 30. »

Le conseil du professionnel ne se fera pas attendre : « Les performances exceptionnelles et durables attachées aux beaux livres analysées dans cette étude, couplées à une stratégie gagnante, vous feront regretter de ne pas avoir acquis davantage de livres rares et précieux et les résultats dépasseront toutes vos attentes. Mais le mieux est encore de transmettre ce patrimoine bibliophilique et culturel à vos enfants. »