Le livre audio, une authentique bénédiction pour le lecteur ?

Clément Solym - 11.03.2009

Edition - Société - livre - audio - benediction


Les avis sont partagés autour du livre audio : pour les uns, ce n'est pas un livre, parce que ça s'écoute, pour les autres, c'est trop cher, quand on n'accuse pas les titres de n'être que des dérivés marketing du livre lui-même. En soi, aucune de ces récriminations n'est tout à fait condamnable : si la magie de la voix intérieure disparaît, et qu'il est plus complexe de sauter des pages, l'audiobook présente pourtant des avantages indéniables.

N'enfonçons pas de portes ouvertes, pour les personnes qui ne parviennent plus à lire par elles-mêmes, l'intérêt est trivial. Mais il semble qu'un point soit régulièrement mis sur la touche dans le cadre des lectures réalisées et enregistrées... par l'auteur lui-même. Certes, certains impératifs commerciaux nécessitent que l'on fasse appel à un comédien qui lira le texte, mais que penser de ceux qui prennent le temps, eux-mêmes, de nous faire la lecture, après avoir écrit ces mêmes lignes ?

Que justement, ils confèrent un plaisir nouveau à l'audiolecteur - permettez le néologisme entre auditeur et lecteur - puisqu'ils nous donnent leur propre voix à entendre. Dans le cas d'un romancier, cela peut n'être qu'un confort ; pour un poète, c'est un univers nouveau. Plusieurs solutions existent sur Internet, qui permettent de se procurer de ces livres audio, qu'elles soient gratuites ou payantes. Et bien sûr, les grands classiques s'y retrouvent aisément. L'un d'eux, Librivox méritait particulièrement d'être cité, puisqu'il se veut en plus collaboratif. Chacun y apporte ou uy trouve ce qu'il souhaite.

Tout cela est bel et bon, mais enfin, disposer d'enregistrements authentiques de René Char, ou peut-être quelques versets lus par Satin John Perse, voire une lecture de Guillevic, pour embrasser un morceau du XXe siècle... Quel plaisir... On se souvient d'ailleurs du projet d'Andrew Motion, le futur ex-Poète lauréat, qui a réuni tout ce que l'on peut de poésie anglaise, lue par des volontaires ou profitant d'enregistrements existants. Quel héritage fantastique pour le futur que de pouvoir découvrir la voix des poètes et des auteurs du temps passé !

Non ?