Le livre blanc de la défense : réduire les effectifs déployés

Clément Solym - 15.05.2008

Edition - Société - livre - blanc - défense


Hervé Morin a donné quelques indications sur le fameux livre blanc de la Défense, notamment en ce qui concerne le déploiement de soldats français sur des territoires étrangers et « en tirerait des conséquences sur le format » de l'armée, plus généralement. Secteur également touché par la réduction d'effectifs, 6.000 places disparaîtront ainsi d'ici six à sept ans, le contingent comptant aujourd'hui 426.000 personnes. Mais il ne s'agit pas non plus de réduire les effectifs « à peau de chagrin ».

L'intérêt de déployer des dizaines de milliers de militaires ?

Le déploiement de force provient d'un constat simple : « Qui peut penser que dans les 15 ou 20 ans qui viennent — depuis la chute du mur de Berlin, la disparition du Pacte de Varsovie et l'élargissement de l'Union européenne — nous pourrions être amenés à projeter 50.000 hommes sur un théâtre centre-Européen », questionne le ministre ? C'est pourtant ce que le « contrat opérationnel » en vigueur depuis 2003, qui associe 100 avions et les équipements nécessaires.

« Être encore capable de projeter 30.000 ou 40.000 hommes sur un théâtre méditerranéen, au sens large, c'est loin de faire de la France une puissance militaire de deuxième catégorie. » Simplement aucun mouvement aussi considérable n'a eu lieu, même en 1956, rappelle le ministre, lors de la crise du canal de Suez, qui n'aura finalement mobilisé que moins de 30.000 hommes, ou encore durant l'opération Daguet, avec moins de 10.000 là encore.

Les interventions aujourd'hui se déroulent « dans un système de coalition ou d'alliance, avec des résolutions des Nations unies », ce qui indique bien que « le Livre blanc doit aborder le niveau des contrats opérationnels et en tirer des conséquences sur le format de nos forces », conclut Hervé Morin.

On recense environ 11.000 militaires répartis dans différents pays. Soit autant d'illéttrés potentiels, selon Stephen King...