Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Chrissie Hynde : "N'achetez pas ce putain de livre si je vous choque"

Clément Solym - 08.10.2015

Edition - International - Chrissie Hynde - chanteuse amérique - rock mémoires


Elle jure n’avoir rien fait d’autre que « raconter mon histoire ». Mais elle n’a rien de banal, cette histoire : Chrissie Hynde, guitariste et chanteuse américaine, est connue pour avoir fondé le groupe The Pretenders. C’est assez logiquement qu’elle a baptisé le livre Reckless : My Life as a Pretender. Mais voilà, qui dit célébrité, dit polémique...

 

 

 

 

Dans l’ouvrage, totalement biographique, Chrissie évoque une agression sexuelle. Âgée de 64 ans, la chanteuse qui a fait les grandes heures du rock dans la fin des années 70, est devenue une idole : si la musique était un refuge de contestation, il n’était pas nécessairement très ouvert aux chanteuses, même à cette époque libertaire.

 

Guerrière dans l’industrie de la musique, ses mémoires étaient attendues, jusqu’au moment où la presse a parlé de cette agression. Il s’agit plus précisément d’un incident, qui est survenu avec le gang de motards qui assuraient la sécurité à l’occasion d’un concert, alors qu’elle avait 21 ans.

 

« Ce que je peux dire, c’est que je n’ai jamais dit avoir été violée, et je n’ai jamais utilisé ce mot : il n’est pas dans le livre », promet la chanteuse. Pourtant, la séquence s’approche bien de l’idée que l’on pourrait s’en faire. « Personne ne m’a traîné avec un fusil sur la tête en me forçant à faire quoi que ce soit », explique-t-elle.

 

L’histoire de ce concert, se souvient Chrissie, c’est celui d’un moment de défonce telle qu’elle se foutait éperdument de ce qui était en train de se passer. Les drogues qu’elle pouvait prendre lui avaient tellement altéré toute forme de conscience qu’elle était totalement perchée.

 

« Je suis partie avec ces mecs de mon propre gré, et, vous savez, je n’aurais pas dû. Je veux dire : je suis stupide d’avoir fait, cela, mais voilà, je l’ai fait. » 

 

À la lecture de ce passage, beaucoup de lecteurs se sont sentis choqués, considérant que ses propos sont dangereux : ils suggéreraient que les femmes peuvent être responsables dans le cas d’une agression sexuelle. Et le fait qu’elle assume toute la responsabilité de ce qui s’est passé n’aide évidemment pas.

 

Mais la chanteuse, pourtant en pleine promotion, n’a pas d’autres mots. « Je vous propose de ne pas acheter ce putain de livre, si j’ai offensé quelqu’un. N’écoutez pas mes disques, parce que je ne fais que raconter mon histoire. Je n’essaye pas de donner des conseils à quiconque ni de dire à quelqu’un ce qu’il doit penser – pas plus que je ne suis la porte-parole de quoi que ce soit. Je raconte juste mon histoire. »

 

(via NPR)