Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le livre de prières Rotschild adjugé pour 13,6 millions $

Nicolas Gary - 30.01.2014

Edition - Economie - livre d'Heures - Rotschild - christie


Le livre de prières de la famille Rotschild, magnifique oeuvre de la Renaissance, a été vendu par la maison d'enchères Christie de New York, pour la délicate somme de 13,6 millions $. Cela maintient le record d'enchères pour un manuscrit d'enluminures, souligne Kay Sutton, directeur des livres et manuscrits.

 

 

 

 

Ce livre d'Heures, confisqué par les nazis fut réalisé en 1505 à Gand, ou Bruges, et vendu à un collectionneur privé en 1999 pour 13,4 millions $. Avec 67 miniatures en pleine page, présentant des scènes de la Bible, aux couleurs étincelantes, et de riches illustrations portant sur des scènes de la vie paysannes, il était présenté comme une véritable merveille.

 

Et c'est par téléphone que son nouveau propriétaire est parvenu à l'emporter. « Le livre de prières des Rotschild est un travail d'art magnifique et ce fut un plaisir et un honneur pour nous d'être en mesure de le présenter largement et de susciter une admiration mondiale. » Admiration concrétisée par le montant de la vente, aujourd'hui connu.

 

Petit joyau de la Renaissance flamande, le livre a été réalisé par Gérard Horenbout , Alexander Bening et son fils célèbre Simon. La miniature la plus saisissante, note la maison, est probablement celle de la Vierge et l'Enfant, réalisée par le peintre Gérard David. 

 

Et l'histoire, même de sa transmission est un cours de l'Histoire du XXe siècle : appartenant à la dynastie bancaire des Rothschild, à Vienne, il faut saisi par les nazis, en 1938, après l'expropriation de la famille. Lors de l'invasion de l'Autriche, le premier geste des troupes nazies fut de confisquer les collections des Rothschild, et de les affecter aux réserves personnelles d'Hitler, explique Anne Webber, fondatrice et coprésidente de la Commission for Lotted Art en Europe. 

 

Les Alliés, après la Libération finirent par remettre la main sur les oeuvres : elles étaient entreposées dans l'une des mines de sel d'Altaussee, en Autriche. Et comme la famille Rotschild n'est jamais revenue à Vienne - leurs appartements avaient été réquisitionnés par la Gestapo - le retour de leurs biens fut plus compliqué que prévu.