Le livre de Ségolène Royal sortira en avril. Non, en mai.

Cécile Mazin - 04.03.2013

Edition - Les maisons - Ségolène Royal - Grasset - courage


Invitée sur France Inter ce matin, la vice-présidente de la Banque Publique d'Investissement, Ségolène Royal, a assuré que son prochain livre n'était pas du tout reporté, contrairement à ce qu'affirmait Bruno Duvic. La question était sournoise, la présidente de la Région Poitou-Charentes l'a balayée d'un rire...

 

 


 

 

Nommée le 20 février dernier, aux postes de vice-présidente et de porte-parole de la BPI, la nouvelle est importante, alors que Ségolène Royal avait essuyé un double échec : la primaire socialiste de novembre 2011, puis, en juin 2012, les législatives. C'est donc un retour dans la vie publique, après plusieurs mois de longue traversée du désert.

 

Et comme on le sait, les politiques aiment bien, quand ils ont du temps libre, se mettre à l'écriture d'un ouvrage. Et justement, devait sortir le 6 mars, le prochain livre de Ségolène Royal, chez Grasset, Ce que je dois. Voici le pitch donné par l'éditeur.

 

L'idée de ce livre est née de la question que m'ont tant de fois posée des proches comme des inconnus, des militants et des citoyens, en France et hors de France : comment faites-vous ? Pour tenir ? Pour encaisser ? Pour repartir ? Avec ce mot de courage, qui revient sans cesseLongtemps, j'ai répondu que l'engagement politique est fait de succès et d'insuccès qu'il faut savoir accueillir, dans toute la mesure du possible, avec une égale sérénité et en gardant son cap. Longtemps, j'ai dit aussi que les solides convictions qui me portent et les idées que je veux mettre au service de mon pays sont le seul secret de la force qu'on me prête, car la cause, toujours, est plus grande que nous.

Mais je m'inscris dans une histoire jalonnée de repères forts et dont certaines figures, pour lesquelles j'éprouve une tendresse particulière, m'inspirent depuis bien longtemps ; elles continuent d'influer sur ma vision du monde et ma conduite politique. Notoires ou inconnues, « belles personnes » d'hier et d'aujourd'hui, elles ont en commun d'avoir osé l'espoir, parfois quand tout semblait perdu. C'est vers elles que le me tourne aujourd'hui : c'est une dette ; c'est un partage ; c'est un combat.

 

Tout un programme... Mais, mais, mais voilà que l'ouvrage ne sort finalement plus le 6 mars. La question se posait alors : maintenant que Ségolène Royal dispose d'un nouveau poste, et pas des moindres, y aurait-il de vilaines choses écrites dans ce livre, qui méritaient d'être retouchées, pour ne froisser aucun sensibilité ? Pas du tout, rétorque-t-elle : « C'est un livre sur le courage », promet la vice-présidente, qui « doit sortir en avril ». 

 

En fait... non. Il est prévu pour une mise à l'office le 2 mai prochain, et pas du tout en avril. Il faudra donc l'avertir que la promotion n'interviendra qu'un mois plus tard. D'ailleurs, son éditeur, Grasset, a bien modifié la date de sortie, puisque si le programme l'annonce bien en mars, le site internet a totalement gommé toute trace du livre pour le mois de mars ou d'avril. Rendez-vous en mai, donc, pour un livre... courageux ?

 

Nous aurons sûrement l'occasion d'en reparler, mais dans un autre contexte, puisque la BPI doit participer au financement de la numérisation des oeuvres indisponibles, dont le décret d'application, faisant suite à la loi du 1er mars 2012, a été publié la semaine passée.