Le livre et la lecture dans le budget 2011 du ministère de la Culture

Clément Solym - 30.09.2010

Edition - Economie - livre - lecture - budget


Durant sa conférence de presse, le ministre, Frédéric Mitterrand, est passé assez rapidement sur la politique financière concernant le livre. D'abord, parce que beaucoup de choses ont été dites au cours des dernières semaines. Ensuite, pour laisser à tout un chacun le plaisir de lire le dossier de presse. Ou pas...

Dans tous les cas, les crédits alloués sont maintenus, assure le ministère : 247,6 millions. Une bonne chose pour cette année 2011 qui s'annonce riche. Et justement, plus riche encore, parce que les fameuses 14 propositions pour le développement de la lecture, évoquées au printemps dernier seront mises en application. Principal partenaire dans cette histoire : la Bibliothèque publique d'information.

Ouvrir les bibliothèques

Mais les collectivités territoriales et les associations prônant le développement de la lecture ne seront pas exclues. Parmi les mesures prévues, « l’extension des horaires d’ouverture de 50 bibliothèques municipales à l’horizon 2013 ou le lancement des “contrats territoire lecture” destinés à garantir la qualité et la cohérence du développement de la lecture publique à l’échelle des territoires. »


Bibliothèques municipales et départementales de prêt profiteront de nouveaux moyens, notamment par la Dotation Générale de Décentralisation. Les crédits qui lui seront alloués seront de 80,4 millions €.

Bibliothèque toujours, la BnF se voit légèrement recadrée dans ses missions, avec un montant de « 206,2 Ms en AE=CP soit 190,3 Ms au titre du fonctionnement (-1,2 %) et 15 859 241 s au titre de l’investissement (+ 4,3 % en autorisation d’engagements) ».

Le cas du CNL


Qualifié « d'opérateur unique », dont une grande partie des interventions s'appuient sur des ressources extrabudgétaires, le CNL se place comme un atout de taille. On devrait en effet voir les 6 millions € alloués ces dernières années, progresser un peu pour 2011. Notamment en « faveur d’un renforcement du soutien aux projets de numérisation »

Pour mémoire, le Cnl bénéficie de taxes fiscales qui lui sont affectées : une redevance de 2,25 % sur la vente du matériel de reproduction et d’impression et une redevance de 0,20 % sur le chiffre d’affaires de l’édition, dont les éditeurs au CA inférieur à 76 000 € sont dispensés. Le montant global de ses interventions représente un budget de 35 millions € en 2008.

En parallèle, le soutien pour améliorer la présence de l'édition française hors de ses frontières bénéficiera d'un soutien de 2,7 millions €.

Et la librairie dans tout ça ?


Aucune inquiétude, elle aura sa part. « Les aides déconcentrées aux librairies représenteront en 2011 quelque 1,1 Ms et les aides du CNL à la librairie sont inscrites pour un budget de 3,5 Ms. L’établissement apportera également un soutien exceptionnel au portail de la librairie indépendante sur l’internet à travers un prêt de long terme de 500 000 s. »

En outre, et dans l'optique de la politique du ministre concernant l'outre-mer et l'étranger, les établissements verront maintenus des « coûts de transport acceptables ». Des mesures d'intervention directe sur les prix de cession seront également mises en place. Le tout pour un budget de 5,3 millions.

Auteurs, de la hauteur !

Enfin, les deniers éléments de la chaîne du livre, ou les premiers selon le point de vue : les auteurs. Ces derniers disposeront de 11 millions € pour le financement du droit de prêt en bibliothèque, conformément à la loi du 18 juin 2003. « Ces crédits permettront à la société agréée pour la gestion du droit de prêt (SOFIA) de verser aux auteurs et aux éditeurs les droits d’auteur au titre du prêt en bibliothèque de leurs oeuvres, et de financer le régime de retraite complémentaire mis en oeuvre en 2004 au profit des écrivains, des traducteurs et, depuis le 1er janvier 2010, les illustrateurs dont l’écriture constitue l’activité principale. »

Et le CNL, toujours lui, maintiendra sa politique envers les projets d'écriture : bourses et aides pour les auteurs en résidence en sont le coeur. Mais également par des investissements dans les manifestations littéraires. Le tout pour un budget de 6 millions €...

Numérique ?

Oui, vous aurez bien noté : rien sur le livre numérique. Mais simplement parce qu'il ne rentre pas dans ce domaine précis du livre. C'est au chapitre numérisation qu'il faut aller chercher.

À ce titre, 750 millions € seront consacrés à la numérisation des contenus culturels. Mais sur le point Internet, le ministre a bien évidemment précisé que son intention était de parvenir à une offre légale, nationale et satisfaisante. Pour les ayants droit, évidemment...