Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le livre et la lecture, pour rapprocher la France et la Côte d'Ivoire

Nicolas Gary - 26.05.2017

Edition - International - Maurice Bandaman ministre - Côte Ivoire France - SILA Maurice Bandaman


À l’occasion du Salon international du livre d’Abidjan, le ministre de la Culture, Maurice Bandaman, a annoncé la distribution de 4 000 livres, à destination d’établissements scolaires. Le SILA s’est ouvert ce 23 mai, avec pour thématique « Le livre au cœur de la famille ». Et pour l'occasion, le Syndicat national de l'édition se déplace à la rencontre de confrères ivoiriens et du ministre.



Vincent Montagne et Maurice Bandaman, en 2015 - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Pour cette 9e édition de la manifestation, le ministre a tenu à rappeler l’importance du livre, « refuge contre les agitations ». Il indique par ailleurs : « Qui ouvre le chemin du livre ferme la porte à la violence. » Une déclaration qui s’inscrit dans le combat mené depuis des années. « Vendre des livres, c’est développer la culture, donc faire reculer le djihad », avait-il assuré à ActuaLitté.

 

« Le livre s’offre comme une chance pour aider à cette unité qui se perd et d’un autre côté, l’environnement familial constitue la matrice où se structure l’individu », a expliqué le ministre, lors de son intervention à Abidjan.
 

Les États-Unis invités d'honneur pour 2018

 

Cette année, l’Association des éditeurs de Côte d’Ivoire a pu également dévoiler l’identité du pays invité, pour 2018. Ce sont les États-Unis qui profiteront ainsi d’une place d’honneur à l’occasion de la 10e édition. Depuis 2012, le pays est exposant de la manifestation littéraire, et selon nos informations, c’est à la demande expresse de l’ambassade que cette invitation s’est opérée.

 

Andrew Haviland, chargé d’Affaires de l’Ambassade des États-Unis, estime qu’il s’agit là d’une « grande opportunité pour renforcer davantage les relations bilatérales avec la Côte d’Ivoire ». Le pays aura ainsi la charge d’organiser une partie des animations – ainsi que de nombreux ateliers et de rencontres. 

 

Récemment, l’ambassade américaine s’était engagée dans un partenariat avec la Côte d’Ivoire, à la hauteur de 225 millions FCFA, autour de la transparence fiscale. « Le renforcement de la démocratie et de la bonne gouvernance est une priorité des États-Unis en Côte d’Ivoire et dans la région dans son ensemble », assurait alors Andrew Haviland.

 

Politiquement, les États-Unis montrent de plus en plus d’intérêt pour la communauté francophone, et ces dernières années ont largement porté l’accent sur des messages à destination de l’Afrique. Le diplomate Brian Neubert, porte-parole direct de Rex Tillerson, secrétaire d’État américain, compte à ce titre comme l’un des éléments majeurs du dispositif américain (voir Le Figaro).
 

Des discussions avec les éditeurs français

 

Cette année, c’est l’Espagne qui est le pays invité d’honneur, avec toute sa littérature. La 9e édition du SILA vise, plus que jamais, à la valorisation de l’industrie du livre sur le territoire, mais également à travers l’espace francophone. La lutte pour la promotion du livre et de la lecture, contre l’illettrisme, est également au cœur du projet même de la manifestation.
 

La BnF donne 20 000 ouvrages jeunesse à la Bibliothèque nationale de Côte d'Ivoire


D'autres développements sont également envisagés dans les relations cette fois entre la France et la Côte d’Ivoire. La semaine prochaine, Vincent Montagne et Pierre Dutilleul (président et directeur général du Syndicat national de l’édition) doivent en effet se rendre à Abidjan. 
 

Une visite « qui s’effectue à la demande des autorités ivoiriennes que les représentants du SNE se rendent au Salon d’Abidjan », explique le Syndicat. Une première rencontre, qui porte selon nos informations sur la mise en place d’un partenariat entre le SNE et le ministère de la Culture de Côte d’Ivoire. Au cœur du projet, le renforcement des échanges entre les industries du livre française et ivoirienne.  
 

Plusieurs partenariats possibles

 

La coopération entre la France et la Côte d’Ivoire pourrait passer par un pavillon des éditeurs français, en 2018, sur le Salon d’Abidjan – pour l’heure, un simple projet. Plusieurs autres hypothèses découlent, comme la création d’un centre national du livre à Abidjan ou encore étudier comment transposer les Petits champions de la lecture, en Côte d’Ivoire. Les sujets de conversation ne manqueront donc pas. 

 

Notons qu’un partenariat entre Electre et le ministère de la Culture portant sur l’envoi de livres référencés par la base de données est acté. Ces ouvrages, originellement destinés au pilon, seront envoyés aux bibliothèques de Côte d’Ivoire, à raison de 60 000 titres par an. 

 

Par ailleurs, en marge de cette visite officielle, Vincent Montagne, en tant que PDG du groupe de BD Média Participation, offrira 3 000 bandes dessinées à la Fondation de madame Dominique Ouattara – première dame de Côte d’Ivoire. Une cérémonie est prévue, en présence de madame Ouattara et de Maurice Bandaman, ministre.

 

On évoque également la présence du groupe Albin Michel, qui conclurait un partenariat avec les éditions Frat Mat, maison fondée en 2004, spécialisée dans la littérature générale et les manuels parascolaires. Frat Mat Editions découle de Fraternité Matin, un quotidien de langue française, contrôlé par l’État.