medias

Le livre et ses acteurs dans la région Occitanie : chiffres clefs

Cécile Mazin - 22.02.2017

Edition - Economie - région Occitanie livres - auteurs éditeurs libraires Occitanie - région livre lecture chiffres


Les deux agences régionales du livre, Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, en cours de fusion, ont uni leurs ressources pour élaborer une étude. Les Chiffres-clefs 2016 du livre en Occitanie est un indicateur fort de la vitalité de la filière. Ils seront précieux pour l’État en région et la Région Occitanie/Pyrénées-Méditerranée afin d’orienter et de conduire leur politique en faveur du livre avec l’appui de la future agence du livre.

 

Comédie du Livre 2010 - Vue d'ensemble - P1380904

La comédie du livre – Yves Tennevin, C BY SA 2.0

 

 

 La région Occitanie compte 5 683 878 habitants, répartis sur treize départements (chiffres 2013). Le solde migratoire de ce territoire était excédentaire, entre 2007 et 2012, de 40 400 personnes, dont une des conséquences est de stimuler la demande en biens et services culturels. Contrastant avec ce dynamisme démographique, le chômage en région reste supérieur à la moyenne nationale (12,4 % contre 10,2 % en 2016).

 

Auteurs, manifestations, éditeurs libraires... au crible

 

Dans les grandes lignes, on apprend que les écrivains, par exemple, que la majorité des auteurs résident en Haute-Garonne (32 %) et dans l’Hérault (29 %). Avec 921 écrivains, illustrateurs, dessinateurs, scénaristes et traducteurs, le profil est à 42 % féminin. Ils sont 62 % à publier dans différents genres littéraires.

 

La présence des femmes diffère selon le genre littéraire. Elle est plus marquée dans la catégorie des livres pratiques que dans le roman, les sciences sociales et la BD. On tend à l’équilibre dans la branche des livres jeunesse et du conte.

 

Le territoire accueille également 267 salons et festivals dans la région Occitanie, et la majorité se déroule dans l’Hérault (24 %) et dans le Gard (19 %). Les manifestations littéraires de la région ont souvent une approche globale où tous les genres littéraires sont représentés (48 %). Ensuite viennent les festivals de BD (13 %), ainsi que ceux pour la jeunesse (12 %).

 

Elles se déroulent la plupart du temps, sur 2 à 3 jours, voire le temps d’un week-end, pour 42 % d’entre elles. Et c’est entre mai et juillet qu’on en recense le plus (100 sur les trois mois).

 

Le territoire compte également 282 éditeurs professionnels, avec 50 % des maisons qui ont moins de 15 ans. Elles représentent un catalogue de 26 000 titres disponibles. Plus d’un quart d’entre elles (27 %) travaillent un catalogue comprenant 13 titres en moyenne.

 

57 % des maisons d’édition de la région ont accès à une diffusion déléguée. En deçà de 100 k€ de chiffre d’affaires annuel, 45 % des maisons d’édition s’autodiffusent. Au-delà de ce seuil de 100 k€ de CA annuel, 88 % des maisons d’édition ont systématiquement recours à une structure de diffusion.

 

Avec 42 millions € de chiffre d’affaires, elles sont 68 % à réaliser entre 0 et 100 k€ et 14 % à faire plus de 500 k€. Plus de 70 % des éditeurs ont déclaré réaliser des ventes directes grâce à leur site internet (pour comparaison le chiffre était de 54 % en 2010 en Languedoc-Roussillon).

 

L’approche des librairies indépendantes montre qu’à travers les 13 départements, 257 établissements sont actifs. Le chiffre d’affaires réalisé par les librairies du panel s’élève à 81,6 millions d’euros. Il est à noter que les 8 librairies appartenant à la catégorie A (plus de 2 millions € de CA) représentent 54 % des chiffres d’affaires exprimés tandis qu’elles ne forment que 8 % du corpus.

 

Sauramps : “Y'a-t-il eu une offre ferme, ou s’agit-il d’une simple lettre d’intention ?” 

 

Sur les 96 librairies qui ont répondu sur la part des marchés publics dans leur CA, 60 ont déclaré être en marché avec les collectivités. Cette part représente environ 21 % de leur CA, à l’exception des librairies de catégorie B pour qui ce pourcentage s’élève à 29 %.

 

D’ailleurs, 56 % des librairies disposent d’un site internet marchand, soit plus d’un libraire sur deux. La vente de livres numériques n’est proposée que par 14 % des librairies du panel. Ce marché étant encore à ce jour peu développé et les canaux de distribution fortement concentrés.