Le livre jeunesse d'une auteure française jugé extrémiste en Russie

Antoine Oury - 18.07.2013

Edition - International - Sylvie Bednar - censure russe - livre jeunesse


La maison d'édition russe KompassGuide a traduit et publié le livre de l'auteure jeunesse française Sylvie Bednar, Les drapeaux du monde expliqués aux enfants, qui devient donc Флаги мира для детей, un peu plus tôt dans l'année. Mais un député russe, Alexander Khinshtein, membre du parti fédéral United Russia, a découvert le livre en librairie, l'a jugé « Fasciste » et cherche désormais à l'interdire.



La couverture russe de l'ouvrage

 

 

Le livre n'a rien de sulfureux au premier abord, et se présente comme un manuel destiné à faire découvrir l'emplacement et l'histoire de différents pays en passant par plusieurs éléments culturels, drapeaux en tête. Mais, dès lors que l'on aborde les histoires de nations, la fierté des uns et des autres n'est jamais bien loin.

 

Le député russe Alexander Khinshtein relate ainsi sur son compte Twitter être entré en librairie, pour y trouver par hasard l'ouvrage de Sylvie Bednar.

 

Or, à la page consacrée au drapeau lituanien, le député s'offusque du texte employé pour décrire le drapeau, composé de trois bandes de couleur : jaune, vert et rouge. Et, pour le rouge, les quelques lignes sont les suivantes : « Le rouge représente le sang du peuple lituanien versé pour la liberté dans les combats avec les envahisseurs russes et germaniques. »


 

Ces derniers mots n'ont pas plu au député, quand bien même l'origine culturelle du drapeau est avérée : d'abord utilisé entre 1918 et 1940, il sera réintroduit comme drapeau de la République lituanienne en 1988. Et le rouge symbolise bien le sang versé contre les différents colonisateurs, qu'ils soient russes ou germaniques.

 

Mais le député, proche de Poutine et déjà remarqué en 2012 pour appeler à des poursuites pénales contre les tweets, voire même retweets, lancés contre les autorités sur le réseau social Twitter, a immédiatement appelé à l'interdiction du livre, en citant expressément son éditeur, KompasGuide. Les déclarations s'enchaînent, les Russes soulignant que, après tout, ils avaient libéré le pays de l'occupation allemande.

 

Le lendemain, l'homme politique a annoncé avoir envoyé une lettre demandant l'interdiction du livre, pure et simple ou aux moins de 18 ans. Ce qui, pour un livre jeunesse, revient au même.

 

Aussi choquante soit-elle, cette nouvelle n'est plus vraiment rare dans le milieu éditorial russe : un article du Börsenblatt du 28 avril 2013 explique que la Russie est désormais dotée d'une « loi sur la protection de la jeunesse contre les informations nuisibles à leur développement et à leur santé », qui impacte tout le secteur du livre jeunesse.

 

En effet, elle proscrit des ouvrages toutes les références qui mettent en question les valeurs de la famille et l'autorité des parents, et toutes mentions de mots grossiers, de violence, sexualité, tabagie ou usage de drogues. En cas contraire, la lecture sera réservée aux plus de 18 ans. Par ailleurs, la même loi oblige les éditeurs à imprimer les textes des livres jeunesse dans des encadrés blancs, souvent par-dessus le dessin, pour une meilleure visibilité. Sans aucune considération pour l'intégrité de l'oeuvre à nouveau...

 

L'auteure et l'éditeur de l'ouvrage ont été contactés par ActuaLitté, et nous ne manquerons pas de vous tenir informés de la situation.