Le livre, plus importante industrie culturelle d'Italie

Nicolas Gary - 24.01.2019

Edition - International - Italie lecteurs édition - industrie livre Italie - Europe lecture livres


« Le livre en Italie est beau, fort et résistant. Il tient ses positions, même dans un contexte de ralentissement général de l’économie. » Voilà en substance l’analyse faite des résultats de l’année 2018 pour l’industrie du Bel Paese. Dans le détail, on trouverait même des raisons de se réjouir...

Giunti al Punto librairie
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

Ce 25 janvier, un important rendez-vous est donné à l’école Umberto et Elisabetta Mauri, dédiée à la formation des libraires. À Venise, l’Association des éditeurs italiens présentera en effet les résultats économiques du secteur.
 

La librairie, toujours grande favorite


Tout d’abord, le secteur de l’édition est la première industrie culturelle du pays, et la quatrième au niveau européen. Or, dans un contexte général de diminution des activités, le chiffre d’affaires fait preuve de résilience : 0,4 % de baisse après une année 2017 en hausse de 5,8 %. 

Ce sont près de 1,442 milliards € de chiffre d’affaires générés, principalement à travers la librairie – qui reste le lieu d’achat favori pour 69 % des lecteurs. La vente en ligne augmente, représentant 24 % des achats, contre 3,5 % en 2007 à titre de comparaison.

En revanche, la grande distribution continue de chuter, passée désormais à 7 %, contre 17,5 % en 2007 et 7,7 % dix ans plus tard. Le marché du livre numérique vient d’atteindre les 67 millions €, pour représenter 5 % du marché. 
 
Mais ce qui importe, ce sont celles et ceux qui lisent : ainsi, 64,5 % des Italiens (entre 14 et 75 ans) ont au moins ouvert un livre, soit 29,08 millions d’habitants. Et leurs habitudes se dessinent avec de plus en plus de précision : 62 % ne lisent que des ouvrages imprimés, 8 % uniquement des ebooks et des audiolivres et 30 % baguenaudent insensiblement entre les formats.

Cependant, dans le classement européen, l’Italie reste parmi les pays où l’on lit le moins : la Slovénie, Chypre, la Grèce et la Bulgarie restent derrière la Botte. 
 

Plus de grands lecteurs, à consolider


Motif de réjouissance, donc, l’augmentation du nombre de grands lecteurs : ils sont désormais près de 5 millions à engloutir plus de 12 livres par an, soit 54 millions d’exemplaires générés. En ajoutant les lecteurs qui dévorent entre 7 et 11 livres par an (tout cela est en déclaratif cependant), on obtient une donnée intéressante : 36 % des lecteurs génèrent 68 % des ventes de livres. 

Côté découpage, les très jeunes sont des lecteurs massifs : 91 % des 4-9 ans et 88 % des 10-14 ans ont des livres dans les mains. C’est également le cas chez les 45-54 ans, avec 72 % de lecteurs, mais le données diminuent chez les 65-74 ans, avec 23 %. La tranche entre 14 et 45 ans n’est pas analysée. 

Si les données démontrent donc le poids de l’industrie du livre, « il est nécessaire d’intervenir par des actions politiques fortes en soutien à la demande et la promotion de la lecture », indique le président de l’AIE, Ricardo Franco Levi.
 
À ce titre, une grande réunion s’est tenue avec le ministre des Biens culturels, Alberto Bonisoli et l’ensemble des représentants de l’interprofession. Une première rencontre pour poser les bases de la réflexion et des actions à mener, en pratique pour les acteurs du livre, mais possiblement dans la réglementation encadrant la vente de livres.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.