Le livre reste la première industrie culturelle en France

Clément Solym - 01.07.2011

Edition - Economie - edition - france - japon


Lors de l'Assemblée générale du SNE, ont été donnés les résultats de l'année 2010. Avec 580 éditeurs membres, le Syndicat est fier, pour une année de plus, de pouvoir affirmer que « le livre reste la première industrie culturelle en France ».

Avec un chiffre d'affaires hors taxe prix public de 4,6 milliards €, l'édition se porte donc très bien. « Notre enquête annuelle de branche a établi que le revenu net des éditeurs s'élevant à 2,8 milliards d'euros demeure stable, avec toute fois une diminution en volume de 2,7 % malgré une augmentation du nombre des publications de plus de 6 % », expliquait ainsi Antoine Gallimard, président du SNE.


D'ailleurs, même « les livres réputés exigeants se portent bien, avec une hausse sensible des ventes du roman contemporain, du théâtre, de la poésie, des romans historiques, des essais et du livre d'art », ajoutait-il. « C'est une nouvelle rassurante qui témoigne de la solidité de notre secteur d'activité et de la part que chacun d'entre nous prend à son animation. »

Nous sommes longuement revenus sur les ventes de livres numériques, qui se portent à 1,8 % du chiffre d'affaires total, soit précisément 52,9 millions €. (notre actualitté)

En parallèle de ces résultats, le nom du grand invité du Salon du livre de Paris, qui se tiendra du 16 au 19 mars, Porte de Versailles, a également été dévoilé.

Le Japon sera en effet l'invité d'honneur du Salon, et Moscou, la ville célébrée pour cette édition 2011.