Le Livre sur les quais de Morges, salon d'auteurs très prisé par le public

Claire Darfeuille - 28.08.2014

Edition - International - Salon Le livre sur les quais - Suisse - Littérature du monde


Serait-ce la beauté de son lac, la douceur de ses coteaux, la gentillesse de ses hôtes ou l'enthousiasme communicatif de ses fondateurs, la manifestation littéraire Le livre sur les quais connaît chaque année un immense succès. Sa présidente et co-fondatrice, Vera Michalski-Hoffmann, revient sur les débuts du « petit » salon helvétique prisé des 300 auteurs attendus du 5 au 7 septembre et pris d'assaut par 40 000 visiteurs friands de nouveautés et de littérature du monde.

 

Vera Michalski © Yves Leresche

 

Comment le salon Le livre sur les quais est-il né ?

 

Le salon est né à l'initiative d'un petit groupe de personnes installées dans la région, parmi lesquelles la libraire indépendante Sylviane Friederich, le directeur de Payot Libraire Pascal Vandenberghe, les éditions Infolio et moi-même, présidente de la holding Libella qui regroupe une dizaine de maisons d'édition. Nous étions très inspirés par Le livre sur la place à Nancy et souhaitions créer un événement littéraire qui favorise les rencontres entre les auteurs et le public et mette en valeur la beauté du lieu. Ce cadre idyllique est du reste aussi une contrainte : entre la ville et le lac, la place n'est pas extensible.

 

Le succès a-t-il été immédiat ?

 

Au départ, nous avons dû mettre en commun nos carnets d'adresses, nos réseaux et notre enthousiasme, car les attaché(e)s de presse n'étaient pas très faciles à convaincre. En 2010 pour la première édition,100 auteurs avaient fait le déplacement, à présent nous en accueillons 300 et devons même refuser du monde. Les gens se battent pour être invités. Nous sommes très courtisés ! Le salon remporte aussi un très gros succès populaire. Toutes les manifestations sont gratuites et les gens apprécient le contact direct avec les auteurs dans un aussi beau cadre.

 

Quels sont les rendez-vous les plus appréciés ?

 

La formule du « Confessionnal », ces brèves rencontres avec un seul auteur dans des petits lieux, plait énormément, ainsi que les croisières littéraires qui permettent d'accueillir cent personnes sur un pont et une vingtaine sur un autre, toujours dans une très grande proximité avec les auteurs. Les rencontres avec des écrivains anglophones séduisent de leur côté le public étranger, nombreux à travailler au sein des entreprises et institutions internationales dans la région. Cette année, certains auteurs attendus au festival America à Vincennes seront d'abord à Morges. Nous avons toujours à cœur de faire connaître la littérature étrangère, mais aussi les auteurs suisses alémaniques, et cette année, le Tessin italophone est hôte d'honneur.

 

Cette 5ème édition laisse une belle place aux traducteurs littéraires…

 

Oui, le Centre de Traduction Littéraire de Lausanne fête ses 25 ans d'existence et nous avons invité quelques très gros calibres... Ce sera un des points forts du salon cette année.

 

Quels sont les projets portés par la fondation Jan Michalski que vous avez créée en mémoire de votre mari ?

 

La fondation poursuit son action en faveur de la création littéraire. Elle soutient bien sûr le salon et elle a déjà octroyé de nombreuses aides financières aux auteurs ou à des associations actives dans le domaine littéraire, aussi bien en Suisse qu'à l'étranger. Quand elle sera achevée, la Maison de l'Écriture de la fondation à Montricher accueillera des auteurs en résidence, dans un lieu propice à la réflexion et à l'écriture. La bibliothèque, avec ses collections multiculturelles et multilingues, est d'ores et déjà ouverte à tous depuis janvier 2014 et plusieurs concerts ont déjà eu lieu dans l'auditorium. Enfin, la salle d'exposition présente jusqu'au 28 septembre une centaine de portraits d'écrivains en noir et blanc, réalisés par le photographe allemand Horst Tappe.

 

 

 Le Livre sur les quais © Michel Barraud

 

Le programme du salon Le livre sur les quais du 5 au 7 septembre à Morges (Suisse)