Le livre, un cadeau en perte de vitesse - à cause du numérique !

Nicolas Gary - 29.07.2014

Edition - International - livres cadeaux - Angleterre clients - consommation ebooks


L'industrie du livre est sous le choc : les sujets de Sa Majesté ne s'offrent plus autant de livres qu'auparavant. Au point que, pour l'année passée, 9 millions de livres papier n'ont pas été achetés pour les éternels cadeaux que se faisaient les Britanniques. Le coupable ? Le livre numérique, et l'engouement des Anglais pour ce dernier. Avec des conséquences financières évidentes.

 

 

 

 

Les tendances d'outre-Manche, dévoilées par Nielsen sur les habitudes des consommateurs, identifieraient donc une baisse de 4 %, en regard de l'année passée, dans le marché du livre. 4 % qui représenteraient donc les livres que l'on achète, pour les offrir lors d'un anniversaire, d'un pot de départ, ou de toute autre occasion. Or, cette diminution devient particulièrement préoccupante pour les éditeurs, assure Jo Henry, directrice de la recherche.

 

« Compte tenu de l'importance du marché du cadeau dans l'industrie du livre », il va falloir réaliser de plus amples recherches pour comprendre « la diminution apparente de la valeur que les clients accordent aux livres comme cadeaux ». Aux États-Unis, on a remarqué, quoiqu'avec une moindre importance, le même phénomène : en 2012, 24 % des livres étaient des cadeaux, contre 22 % en 2013. 

 

Ce qui ne manque pas de troubler, c'est l'importance du livre numérique, qui pèse 25 % du secteur du livre, contre 20 % en 2012. Et la croissance s'opère au détriment du livre de poche, plus que sur les grands formats. 

 

Pour Nielsen, il faut observer la forte augmentation des ventes sur les achats numériques en fiction adultes, en particulier pour les genres roman, polars, criminalité et fantasy. Dans la fiction adultes, 40 % des ventes sont ebook, contre 10 % pour les livres jeunesse. 

 

La grande croissance, ce sont ces trois genres qui l'opèrent, alors qu'en 2012, la fiction érotique était LA réussite de l'année avec Fifty Shades of Grey. Représentant encore 16 % des ventes en 2012, le genre est tombé à 5 % pour l'année passée. On ignore si dans la diminution du livre-cadeau, la trilogie de EL James pèse pour une part importante...

 

Dans le monde jeunesse, JRR Tolkien continue d'occuper une excellente place, avec les adaptations au cinéma qui ne cessent pas non plus de fleurir. Dans le même temps, la série de Stephenie Meyer sur les vampires végétariens garde une certaine place, moins importante, dans les plus jeunes coeurs. En parallèle, Hunger Games, au même titre que les histoires d'Enyd Blyton, perdent des parts de marché, passant de 15 % des ventes à 12 %.