Le magazine Books devient également éditeur

Clément Solym - 02.02.2012

Edition - Les maisons - Books - Edition - Jaroslav Rudis


Exclusif ActuaLitté : Le magazine Books découvre des livres étrangers depuis des années, et il s'est maintenant lancé. Il va ouvrir sa propre maison d'édition, sobrement intitulée Books Edition. Les premières publications auront lieu dès avril.

 

Le magazine s'est en effet aperçu que sa veille sur les publications étrangères permettait aux maisons d'édition française de trouver de petites perles, en matière de littérature étrangère. Inspiré par leurs beaux succès de librairie, cela a donné quelques idées. « Mais le moteur principal de la création de Books Editions, c'est  notre désir d'assurer jusqu'au bout un rôle de passeur pour faire découvrir au public français des auteurs inédits », souligne-t-on.

 

 

Parce que oui, la demi-douzaine de livres prévue cette année promet de faire découvrir des univers pas si communs. Pour preuve, le premier livre édité sera la traduction d'un roman à 2 voix : le récit dans les années 2000 à Berlin de la vie d'Ode, punk ayant raccroché sa guitare et remisé ses illusions, s'enchevêtrant avec les extraits d'une journal d'une punkette de 17 ans dans les années 80 à Prague. Le texte provient du du tchèque Jaroslav Rudis La fin des punks à Helsinki. (traduction Caroline Vigent et Morgan Corven)

Ode mélancolique et ironique aux vieux rebelles d'Europe centrale, La fin des punks à Helsinki s'articule autour de deux histoires. D'abord, il y a Ole, ancienne star du punk est-allemand, aujourd'hui père quadragénaire de la jeune Eva, et qui passe ses journées accoudé au bar « Helsinki » avec ses copains, nostalgiques des bouges cradingues et des crêtes iroquoises.  

 

Et le second viendra directement du Grand Nord sous la forme d'un recueil de nouvelles de l'Islandais (traduit par Robert Guillemette) Gyrdir Eliasson intitulé Entre les arbres.

Si vous vous demandiez ce qu'il était advenu d'August Strindberg après sa mort, vous trouverez la réponse dans l'une des 47 très courtes nouvelles qui composent le recueil Entre les arbres. On y retrouve Strindberg assis, seul, devant une bière à la cafétéria d'un Ikea de la banlieue de Reykjavik, au milieu des badauds venus là s'empiffrer de boulettes de viande suédoise et de confiture aux airelles. Le titre de la nouvelle ? Inferno, bien sûr ! Puisque Strindberg avait craint l'enfer plus que toute autre chose. 

 

Mais la maison d'édition aura d'autres spécificités. Alors que Books a initialement pour vocation de parler de « l'actualité des livres par le monde », les six livres de cette année seront tous des fictions. Une autre nouvelle approche des livres donc, mais qui n'effraie pas les responsables de Books, pas plus que la situation compliquée de l'industrie de l'édition.

 

« Books évoque autant les ouvrages de fiction que ceux de non fiction ! Les critiques de romans, les interviews d'écrivains, la publication de bonnes feuilles, ont autant leur place dans notre journal que les comptes-rendus d'essais. La littérature est pour nous un outil précieux afin de remplir la promesse inscrite sous notre logo : "L'actualité par les livres du monde".


Pour preuve que la création de notre maison d'édition est cohérente par rapport à la ligne éditoriale du magazine : les correspondants de notre rubrique Bestsellers sont logiquement devenus les sources d'information principales de notre veille éditoriale Books Editions », poursuit le magazine.

 

Peut-être voient-ils dans la commercialisation simultanée en numérique une réponse aux difficultés actuelles de l'édition ?