Le maire de Londres accusé d'être le roi des cocufieurs

Clément Solym - 19.09.2011

Edition - Société - johnson - boutin - palin


A l’heure où la vie privée des politiques tient une influence grandissante sur leur carrière, de nouvelles révélations risquent de mettre à mal celle du maire de Londres Boris Johnson.

Après Sarah Palin, un autre politique est soupçonné des pires frasques dans une biographie à paraître début octobre. Sauf qu’il ne s’agit pas du travail d’un journaliste ou autre écrivain, mais d’une de ses anciennes collaboratrices, Sonia Purnell.

Dans Just Boris, elle accuse le maire conservateur d’enchaîner les liaisons et d’avoir eu des enfants hors-mariage,rapporte le Daily Mail.

Des rumeurs circulaient comme quoi l’enfant d’Helen MacIntryre, une consultante artistique de la Ville, serait de Boris Johnson et non de son ex-petit ami Pierre Rolin (qui a échoué au test de paternité).

Le livre présente également des photos d’une jeune femme portant dans ses bras un enfant ressemblant trait pour trait à Boris (au visage singulier,erm).

Pour un conservateur, dont l’idéologie politique va à l’encontre des mères célibataires et prônent un retour aux valeurs traditionnelles de la famille, c'est plutôt le comble.

C’est en cela que la presse anglaise a du bon, en cherchant à savoir si les politiques sont capables de respecter dans leur vie privée, les principes moraux qu’ils clament haut et fort en public et dans leur programme.

Maintenant que le monde entier connaît les probèmes de sex addiction de DSK, qui a justifié son acte de « faute morale » en direct hier au 20 de TF1 (le ton "show" est donné, alors que TF1 n'est autre que la chaîne de divertissement la plus importante de France), eh bien il serait intéressant, par exemple, de savoir si, hum, disons... Christine Boutin n’a jamais pris de drogue ni eu de relations homosexuelles dans sa vie, elle qui ne laisse rien passer sur ces sujets.