Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le maire de Toronto part en croisade pour attirer Amazon dans sa ville

Clément Solym - 11.09.2017

Edition - International - Toronto Amazon mairie - siège social Amazon - implantation société vie


Le maire de Toronto ne s’en cache pas : depuis la semaine passée, il milite pour l’implantation du nouveau siège social d’Amazon dans sa ville. En effet, Jeff Bezos a affirmé qu’il prévoyait l’ouverture d’un nouveau siège. Ce dernier sera baptisé HQ2, en Amérique du Nord. Avec quelque 50.000 salariés envisagés.


Toronto
Rick Harris, CC BY SA 2.0
 

 

« Je mènerai la campagne pour faire qu’Amazon considère Toronto comme son foyer », a revendiqué John Tory, dans un premier message diffusé sur les réseaux. Et d’autres n’ont pas manqué, démontré qu’il s’agissait d’un véritable enjeu pour le maire.

 

Dans son communiqué de presse, Bezos a en effet expliqué qu’il voulait un second siège social, « HQ2 sera l’équivalent de notre quartier général de Seattle. Amazon HQ2 apportera des milliards de dollars en investissements et des dizaines de milliers d’emplois très bien rémunérés. Nous sommes ravis de trouver une deuxième maison. »

 

Et d’avancer que plus de 5 milliards $ seront dépensés pour la construction de ces nouveaux locaux. De quoi séduire n’importe quel maire, en effet. 

 

 

 

Alors quid ? Eh bien plusieurs villes de l’Amérique du Nord vont entamer la danse du ventre pour attirer le grand patron – qui revendique 38 milliards $ d’apports à la ville de Seattle. Pour remporter le concours, la ville devra exposer plusieurs points : une explosion technologique récente et surtout des étudiants qualifiés. De toute évidence, la firme a des intentions de recrutement très strictes..

 

Pour certains, les enchères sont donc ouvertes, et Bezos vient de lancer les Jeux olympiques des entreprises, attendu que de nombreuses villes devront tout leur possible pour convaincre. Les conditions fiscales seront évidemment en première ligne pour arriver à convaincre.

 

Les cités auront jusqu’au 19 octobre pour déposer leurs dossiers. Et Toronto, pour bien positionnée qu’elle soit, aura à faire face à une concurrence féroce...