Le manuscrit de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo maintenant publié en intégralité

Joséphine Leroy - 07.06.2016

Edition - Les maisons - Victor Hugo manuscrit - manuscrits éditions Saint-Pères - Hugo Notre Dame de Paris


Les éditions Les Saint-Pères, spécialisées dans la publication de manuscrits anciens, viennent de faire paraître celui de Notre-Dame de Paris signé de Victor Hugo. Cette publication est inédite, car elle conserve intégralement le texte et le format du livre original. Deux tirages sont envisagés pour cette édition : le premier, qui se présentera sous forme de coffret bleu marine et or, est numéroté de 1 à 1.000. Autant dire qu’il faut sauter le pas. 

 

 

 

 

C’est la première fois que le manuscrit intégral de Notre-Dame de Paris, dont l’original est conservé à la BnF, est publié en France en intégralité et sous le format d’origine. Les lecteurs trouveront le manuscrit dans un coffret élégant, de couleur bleu marine et or.  

 

Hugo imaginait son roman comme un balancement subtil, « à la fois drame et épopée, pittoresque mais poétique, réel mais idéal, vrai mais grand, qui enchâssera Walter Scott dans Homère ». Le roman est paru pour la première fois en 1831. Promis à l’éditeur Charles Gosslelin, Hugo a toutefois mis trois ans à finaliser le roman : « J’ai écrit les trois ou quatre premières pages de Notre-Dame de Paris le 25 juillet 1830. La révolution de juillet m’interrompit [...]. Je me remis à écrire Notre-Dame de Paris le 1er septembre et l’ouvrage fut terminé le 15 janvier 1831. » 

 

Succès instantané, quatre rééditions suivent en très peu de temps la première publication et les traductions se multiplient. Hugo a profité de cette réussite et a produit une adaptation de son roman en livre d’opéra dès 1836. Depuis, l’intérêt  que l’on porte aux personnages de Quasimodo, Esmeralda, Phébus, Frollo n’a pas faibli.

 

 

 

Il faut dire que Victor Hugo était perfectionniste, même en ce qui concerne la phase préparatoire. Le symbole du romantisme du XIXe siècle prenait grand soin de ses manuscrits, comme le précisent les éditions Saint-Pères. Lors de son exil, il avait choisi d’utiliser de grandes pages (35x25 cm), bleutées et pliées en deux, placées dans le sens de la hauteur. Il avait pour habitude de laisser une marge à gauche pour les ajouts et ratures ou même les dessins. L’édition inclut d’ailleurs, à côté des notes préparatoires, des dessins et un plan du romancier, comme on peut le voir sur les croquis. 

 

D’une valeur de 249 €, il entre dans la ligne éditoriale de la maison : « Alors que le tout numérique progresse, nous nous attachons à restaurer la magie de l’écriture en tant que véhicule d’un accès plus intime et émouvant à l’œuvre de son auteur. » Le catalogue de la maison est riche en classiques, mais ne recule pas devant la littérature contemporaine.

 

Ainsi, le lecteur pourra y trouver le manuscrit du premier roman d’Amélie Nothomb, Hygiène de l’assassin. Le catalogue comporte par ailleurs des inédits, dont les manuscrits de la madeleine d’À​ la recherche du temps perdu, de Proust, ou encore des pièces particulièrement éclairantes telles que  les épreuves corrigées du recueil Les Fleurs du mal de Baudelaire.

 

Pour ceux qui ne sauraient s’offrir ladite édition du manuscrit, la BnF a rendu disponible le manuscrit en question en version numérisée. Elle se trouve sur sa bibliothèque numérique, Gallica, depuis 2012. Moins élégante, mais non moins intéressante.