Le marché du livre en recul pour la troisième année consécutive

Antoine Oury - 26.06.2014

Edition - Les maisons - SNE - marché du livre - édition


L'assemblée générale du Syndicat national de l'édition (SNE), ce matin, fut l'occasion de dresser un bilan de l'année passée, pour le marché du livre. Pour la troisième année consécutive, les ventes sont en baisse de 3 %, aussi bien en volume qu'en valeur. Pour autant, sur la dernière décennie, le bilan reste positif, et le livre garde sa place de premier produit culturel.

 

 

Christine de Mazières (déléguée générale du SNE) et Vincent Montagne (Média Participations, Président du SNE)

Vincent Montagne, lors de l'assemblée générale 2013 du SNE

(ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

 

Malgré ce recul persistant des ventes, crise économique oblige sans aucun doute, le chiffre d'affaires de l'édition se hisse à 2,687 milliards €, tandis que les baisses de 3 % en valeur et de 3,3 % en volume maintiennent le secteur dans la conjoncture européenne. En effet, rappelle le syndicat, l'édition britannique essuie un recul de 2 %, l'Italie 8 % et l'Espagne 10 %. Seule l'Allemagne reste stable, avec 0,2 % de hausse du chiffre d'affaires.

 

Une vision plus globale, considérant la période 2003-2013, rassure les esprits : le bilan du livre est toujours positif, avec 5,8 % de hausse des ventes.

 

Le secteur scolaire en mauvais élève, le numérique en refuge

 

Depuis quelques années, le secteur de l'édition concentre les inquiétudes des professionnels, et il pèse pour beaucoup dans le recul du CA de l'édition globale. L'édition scolaire perd ainsi 13,1 % en valeur et 4,7 % en volume. Le segment du secondaire est particulièrement touché, avec - 34,4 % en valeur : le SNE note que la situation « s'explique partiellement par l'absence de réforme des programmes, mais également par une inquiétante baisse des crédits publics dévolus aux contenus pédagogiques ».

 

La littérature générale représente 26 % des ventes, annonce le SNE, avec 5,7 % supplémentaires, en valeur, pour 2013, avec le genre polar en chef de file. La bande dessinée et la littérature jeunesse reculent, respectivement de 1,2 % et 3,4 %, quand les dictionnaires et encyclopédies chutent avec une baisse de 9,9 %, en valeur.

 

Les livres numériques comptent à présent pour 4,1 % du chiffre d'affaires total de l'édition : les ouvrages à destination des professionnels (publications scientifiques, techniques, médicales ou pédagogiques) comptent toujours pour 56 % des ventes totales, mais la croissance est désormais du côté du grand public. Les ventes de ce secteur ont en effet doublé en 2013, pour atteindre 46 millions €, soit 2,3 % des ventes totales. Dans le cas des publications simultanées numérique/papier, l'ebook représente 5 à 7 % des résultats.

 

Les Chinois, amateurs de prose française

 

Pour terminer, le SNE se félicite de la bonne santé de la traduction des textes français, qui augmentent de 7,2 % par an depuis 2003, avec le chinois en première langue de destination. Sans surprise, la bande dessinée se place sur le haut du podium, avec 56 % des cessions en 2013. Raison pour laquelle la Corée du Sud sera l'invitée du Salon du livre de Paris, pour 2016 ?

 

Diversité en hausse et plafonnement des ventes

 

46 619 nouveautés ont été comptabilisées en 2013, soit une augmentation de 4,3 %, et 48 865 titres réimprimés. Le tirage moyen atteint les 6000 exemplaires, soit une baisse de 18 % : en somme, les titres sont plus variés, les stocks et retours mieux maîtrisés.

 

Les versements de droit d'auteur augmentent dans le CA global des éditeurs, avec 0,1 % de hausse comptabilisée... Pas de quoi sauter au plafond, avec un passage de 9,6 % à 9,7 % en un an, pour le prix public hors taxe, et 15,9 % pour le chiffre d'affaires net de l'édition.

 

Par ailleurs, Vincent Montagne, président du Syndicat national de l'édition depuis 2012, a été reconduit dans ses fonctions.