Le Medef jure "libraire, un beau travail", mais sans offre d'emplois

Nicolas Gary - 22.09.2014

Edition - Librairies - Medef libraire - emploi travail - réseaux librairies


Chaque jour raconter une histoire, et dans cette histoire, écrire un métier, l'approche est noble comme une campagne d'élections régionales. C'est au MEDEF que l'on doit les publicités vantant les mérites de l'emploi que diffusent actuellement France 2 et France 3. Le tout s'inscrit dans le cadre du Pacte de responsabilité, et une mobilisation visant à créer un million de postes. 

 

 

 

 

« L'objectif est de faire connaître et de valoriser des métiers en tension, les formations en alternance pour y accéder et les offres d'emplois disponibles », assure le Medef, lequel, pour 4 millions € s'est donc lancé dans la promotion de l'emploi, explique le Canard enchaîné. On ignore si les 115 programmes aideront les Français à trouver un emploi, mais la campagne est lancée. Et parmi les métiers d'avenir qui recrutent, on retrouve celui de libraire, vanté à 1700 € brut par mois, et la présentation assure que 32.000 postes sont à pourvoir chaque année – « des postes de vendeurs culturels et de loisirs », plus vraiment de la librairie. 

 

 

 

 

Bien entendu, les spots vidéo vantent, plus ou moins directement, les mérites de l'alternance, par les contrats de professionnalisation ou d'apprentissage, « un dispositif gagnant-gagnant ». Tout est donc bel et bon : la librairie exposée dans la vidéo est presque idéale, voici donc un secteur qui recrute, et dans lequel on s'épanouit pleinement à gérer des stocks, comme l'assure Isaline. D'ailleurs, Isaline, on l'aura remarqué, n'est pas libraire, mais vendeuse en librairie, ce qui, dans l'imaginaire, brise un peu le rêve et le mythe. 

 

Espérons que Corneille librairie, qui a servi de cadre pour ce film, a su tirer profit de la notoriété soudaine. Située à Laval, elle fait partie de l'ancien réseau des librairies Chapitre, et donc de celles qui ont été reprises – en l'occurrence par Philippe Royer, au mois de février 2014. Elle est accessoirement la 57e meilleure vendeuse de France.

 

Soit.

 

Chacun des métiers présentés sur le site Beau Travail présente donc une vidéo, pour illustrer in vivo les joies dudit métier, et propose un lien direct vers le site de Pôle emploi, lequel établit une liste des offres associées au métier. La présentation est pour le moins convaincante, et l'on se laisserait volontiers convaincre.

 

En se rendant sur le site de Pôle Emploi, intrinsèquement associé à la campagne de promotion, on se dit que s'il existe 32.000 postes de vendeurs culturels à pourvoir chaque année, on se retrouve non plus avec 0 emploi associé, comme le signalait le Coin-Coin, mais bien plusieurs pages de tout et de n'importe quoi. 

 

Vendeurs ou vendeuses en équipement de sport côtoient ceux qui font commerce du vélo, on y retrouve même des CDD, proposés ici ou là, pour vendre des jouets ou des instruments de musique. Libraire, un métier pipeau ? On pourra même lire cette offre d'emploi à Gaillac dans... un bureau de tabac. Et avec la fierté d'un bar-tabac, le site de Pôle Emploi jure que 150 offrent répondent « exactement » aux critères de la recherche. 

 

Seuls deux postes de libraire existent sur tout le territoire, à Clichy-sous-Bois et à Périgueux – bien que Decitre, Fnac et Cultura recrutent, timidement, un vendeur pour leurs rayons. On tire donc son chapeau au Medef Mayenne et celui des Pays de la Loire, pour cette encourageante vision d'avenir : libraire, c'est mort, sur tout le territoire français.